Aïcha, fille d’Abou Bakr radi allahu anhu

Rose

'Aïcha radi allahu anha1 est, indiscutablement, l’un des plus grands professeurs que l’Islam ait produit. Elle appartient à l’ensemble des théologiens illustres qui ont continué le travail et la mission du Prophète saws après sa mort, en interprétant et transmettant ses enseignements. Parmi les hommes, plusieurs noms pouvait prétendre cette distinction, mais parmi les femmes, Aisha radi allahu anha1 était la seule. Elle fut promise au Prophète saws quand elle avait à peine sept ans. Elle fut sa préférée. Nous lui devons l’énoncé d’un grand nombre de Hadith. Elle est la seule dont le Coran parle à la suite de ce qui est appelé l’affaire du collier. Elle rendit l’âme en 57 de l’Hégire.

Pendant neuf années, elle partagea sa vie avec le Prophètesaws, recevant plus d’attention que les autres épouses. Avec ses dons naturels extraordinaires, Aicha radi allahu anha1 en tira les meilleurs profits.

L’islam est un code de vie complet qui guide les pas des croyants dans tous les domaines d’activité humaine. Les femmes ont leurs problèmes particuliers. En tant que femmes et mères des croyants, elles doivent remplir des devoirs différents de ceux des hommes.

C’était à travers ses femmes que le Prophète saws a transmis ses enseignements au monde féminin. 'Aïcha radi allahu anha1 est facilement devenue la source la plus sûre de ses enseignements. 'Aïcha radi allahu anha1 était dotée d’une mémoire étonnante, à laquelle peut s’ajouter une habituelle observation attentive. Tout cela lui permettait de décrire en détails les expériences remontant aussi loin que son enfance. Ces qualités firent de 'Aïcha radi allahu anha1 une autorité très importante de la loi islamique.

Les sources ultimes de la loi en Islam sont le Coran et la Sunna. Plusieurs chapitres du Coran furent révélés dans la chambre d’'Aïcha radi allahu anha1. Son observation attentive et sa mémoire étonnante lui permirent de mémoriser les faits et les dires du Prophète saws en différentes occasions. Tous ces faits faisaient que son opinion sur les points de la loi était très respectée. En voici quelques exemples :

A la mort de Saad Ibn Abu Waqqas, 'Aïcha radi allahu anha1 suggéra que sa prière funéraire soit lue dans la mosquée du Prophète saws. Les gens y firent une objection. "Les gens ont une mauvaise mémoire ! s’exclama 'Aïcha radi allahu anha1. Le Messager d’Allah saws a fait celle de Said Sohail Ibn Baidha dans cette mosquée."

Une fois, quelques Compagnons racontèrent aux gens que les pleurs et les lamentations des parents ajoutent quelque chose au châtiment de la personne morte. Ils citèrent un hadith du Prophète saws à l’appui. Quand la question fut rapportée à 'Aïcha radi allahu anha1, elle dit : "Qu’Allah leur pardonne ! Ils n’ont pas menti, mais ils ont oublié ou mal compris. Le fait réel est qu’un jour le Messager d’Allah saws passa à côté d’une procession funéraire d’une juive dont les parents pleuraient et gémissaient. A cela, il fit cette remarque : Ces gens hurlent et elle subit le châtiment. "

Avant l’avènement de la religion, une femme n’avait presque aucun droit. L’islam l’a soudainement élevée au plus haut sommet de la dignité humaine tout en insistant sur la douceur et la pureté de sa nature. L’exemple de 'Aïcha radi allahu anha1 montre comment cela peut se faire. Elle était rigoureuse au sujet du voile et du code moral et pourtant, elle a joué un rôle vital dans la vie sociale, religieuse et politique de son peuple

Aicha radi allahu anha1 vécut un demi-siècle après le Prophète saws. La période qui suivait sa mort était la période des Compagnons qui avaient quelques difficultés à se diriger à partir du Coran et de la Sunna. Les Compagnons chefs moururent un par un. Il y eut alors une génération qui n’avait pas de connaissances personnelles sur la façon de vivre du Prophète saws. Seule une poignée de Compagnons qui étaient très jeunes à la mort du Prophète saws, était les porte-flambeaux de la connaissance, pour cette génération. Abullah Ibn Omar, Abdullah Ibn Abbas et Aicha radi allahu anha1 appartenaient à ce groupe.

L’islam insiste beaucoup sur l’importance de l’éducation. Le Prophète saws lui même, était le plus grand professeur de l’histoire. Il voulait que l’éducation se répande. Pour cela, il rassembla toutes les personnes de talent et d’une grande vertu et les forma spécialement, pour travailler comme professeurs après lui. Aicha radi allahu anha1 était l’un de ces professeurs.

Sa propre éducation et instruction commencèrent à l’âge de neuf ans, quand elle arriva chez le Prophète saws. Elles continuèrent jusqu’à ses dix-huit ans. Cela fit d’elle un des plus grands professeurs de son siècle. Elle vécut jusqu’à l’âge de 67 ans, assez longtemps pour aider les gens à trouver des solutions à des problèmes d’une période si différente de celle du début de l’Islam. Elle partageait cette distinction avec de grands maîtres comme Abdullah Ibn Omar, Abdullah Ibn Abbas, Abu Hourayra et Zaid ibn Thabit radi allahu anhum. Ces professeurs célèbres firent de Médine, le plus grand centre d’étude du monde. L’école de Aicha radi allahu anha1 était considérée comme le siège le plus important du savoir.

Le nombre d’élèves qui profita de son éducation se comptait par centaine. Rares étaient les savant en hadiths qui n’avaient pas bénéficié directement de ses connaissances. Les plus grands noms parmi eux sont, Orwa frère d’Abullah ibn Zoubeir et neveu de Aicha, Qacim, un autre neveu de Aicha, Abou Salma, fils d’Abdur Rahman Ibn Aouf, Massrouq, Imam Nakhi, Omerah bint Abdur Rahman, une fille Ansari.

Même quand elle était âgée, 'Aïcha radi allahu anha1 continuait à servir l’islam et les musulmans avec la même vigueur. Elle devenait si chère au cœur du peuple qu’elle fut la personne la plus aimée et la plus respectée de son temps.

Dans le mois de Ramadan de l’an 58 de l’hégire, 'Aïcha radi allahu anha1 tomba soudainement malade. Les jours passèrent et sa condition s’aggravait. Au soir du 17 Ramadan, Aicha Siddiqua radi allahu anha1, la Véridique, mourut paisiblement. Elle avait 67 ans.

En accord avec sa volonté, 'Aïcha radi allahu anha1 fut enterrée dans le cimetière de Médine. Des milliers de personnes assistèrent à la prière funéraire qui fut dirigée par Abou Hourayra radi allahu anhu. Jamais auparavant dans l’histoire de Médine, des funérailles ne furent aussi largement assistés la nuit. Des foules énormes de femmes sortirent dans la rue, donnant à cette circonstance un aspect de recueil national.

Rose
deco
Rose