Les 7 péchés capitaux en Islam

Le Messager de Allah saws a dit : "Fuyez les sept péchés qui précipitent en Enfer." On demanda : "Quels sont-ils ô messager d'Allah?" Il répondit : "Associer quelque chose à Allah (chirk), recourir à la magie, tuer quelqu'un alors qu'Allah l'a interdit sauf pour une raison juste, pratiquer l’usure, dilapider la richesse de l'orphelin, fuir le combat et calomnier les croyantes chastes et innocentes." (Rapporté par Boukhari).

{slide=title="L'idolâtrie" open="false" scroll="true" class="icon"}

L'idolâtrie ou l’association (chirk) sont les plus grave. Il est le péché ruineux dont on désespère de s'en sortir. Celui qui s'y livre jusqu'à la mort, séjournera éternellement en enfer. Allah saws dit : " Quiconque associe à Allah (d'autres divinités), Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs!" Allah saws dit encore : "En effet, il t'a été révélé, ainsi qu'à ceux qui t'ont précédé: "Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine; et tu seras très certainement du nombre des perdants." (Coran,39/65). Allah saws dit enfin : 'Il n'appartient pas aux associateurs de peupler les mosquées d'Allah, vu qu'ils témoignent contre eux-mêmes de leur mécréance. Voilà ceux dont les œuvres sont vaines; et dans le Feu ils demeureront éternellement." (Coran,9/19).

La mécréance et l'apostasie

Le Coran fait allusion dans un certain nombre de versets à l’apostasie.

Allah azawajalb dit : "Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. (Coran 2/ 217) ; 

Allah azawajalb dit : "Ô les croyants ! Si vous obéissez à ceux qui ne croient pas, il vous feront retourner en arrière. Et vous redeviendrez perdants." (Coran 3/149) ; 

Allah azawajalb dit : "Ô les croyants ! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion... Allah fera alors venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime. " (Coran 5/ 54) ; 

Allah azawajalb dit : "Ceux qui sont revenus sur leurs pas après que le droit chemin leur a été clairement exposé, le Diable les a séduits et trompés." (Coran 47/25).

Ces versets et d'autres font clairement allusion à l’apostasie après l’Islam. Aucun d’entre eux ne fait la moindre allusion à un châtiment terrestre que devrait subir l’apostat, contrairement à la sanction du meurtrier ou du voleur, la seule sanction terrible et effrayante est la Colère de Allah.

Cette interprétation est celle qui correspond à l’esprit du Coran. Cet esprit fonde en effet la foi et la croyance sur la conviction de l’individu et sur sa guidance sans contrainte ni pression extérieure. Il fonde la foi et la croyance sur la liberté de choix la plus totale, exprimée par le passage coranique suivant : 

Allah azawajalb dit : "Quiconque le veut, qu’il croie, et quiconque le veut qu’il mécroie." (Coran 18/29).

Le fait que la croyance ne saurait s’opérer que dans un climat libre et après une conviction totale. Le fait que l’Islam est construit en général sur la base de l’examen divin et de la possibilité du choix entre le bien et le mal. Cela implique l’existence de forces maléfiques, ainsi que l’existence de la liberté de l’être humain à suivre ou à résister à ces forces maléfiques.

Ainsi, Satan n’a été en mesure de tenter les êtres humains que parce que c’est Allah azawajalb Qui le lui a permis et lui a même donné les moyens et les outils nécessaires de le faire. Le Noble Coran rapporte l’entretien de Satan avec Allah azawajalb en ces termes : "Accorde-moi un délai, dit Satan, jusqu’au jour où ils seront ressuscités." Allah azawajalb dit : "Tu es de ceux à qui délai est accordé." "Puisque Tu m’as déchu, dit Satan, je les attendrai sur Ton droit chemin, puis je les assaillirai par-devant, par-derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants." (Coran 7/14 à 17) ;  Ou encore : "Vois-Tu ? Celui que Tu as honoré au-dessus de moi, si Tu me donnais un répit jusqu’au Jour de la Résurrection, j’éprouverais, certes, sa descendance, excepté un petit nombre parmi eux". Et Allah azawajalb dit : "Va-t-en ! Quiconque d’entre eux te suivra... votre sanction sera l’Enfer, une ample rétribution. Excite, par ta voix, ceux d’entre eux que tu pourras, rassemble contre eux ta cavalerie et ton infanterie, associe-toi à eux dans leurs biens et leurs enfants et fais-leur des promesses. Or, le Diable ne leur fait des promesses qu’en tromperie. Quant à Mes serviteurs, tu n’as aucun pouvoir sur euxEt ton Seigneur suffit pour les protéger ! " (Coran 17/62 à 65).

Allah azawajalb a permis que cette vie soit un terrain d’action pour le Diable et ses tentations, et ce, jusqu’au Jour de la Résurrection.

Allah azawajalb a fait de cette société un terrain du libre choix, pendant toute la durée accordée au Diable, jusqu’au Jour de la Résurrection. Allah azawajalb a permis au Diable d’agir comme il l’entend et Il a armé les croyants de la foi et de la croyance, pour être en mesure de résister aux tentations de ce Diable. S’Il le voulait, Allah azawajalb ne lui aurait rien permis du tout et aurait guidé à Lui toute l’humanité.

Allah azawajalb dit : "Si ton Seigneur l’avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru." (Coran 10 /99)

Allah azawajalb dit : "Même si tu désires ardemment qu’ils soient guidés... Sache que Allah ne guide pas ceux qui s’égarent. Et ils n’auront pas de secoureurs." (Coran 16/37) ; 

Allah azawajalb dit : " Tu ne guides pas celui que tu aimes : mais c’est Allah qui guide qui Il veut." (Coran 28/56).

Plusieurs versets montrent que la foi relève de la guidance, et que la divergence avec cette foi relève de la destinée. Tout vient de Allah. Allah azawajalb a ordonné à Son Messager saws de se détourner des idolâtres et des ignorants, car il n’y a nulle contrainte en religion : celui qui croit ne profite qu’à lui-même et celui qui mécroit ne cause du tort qu’à lui-même également. Allah azawajalb est le Seul à pouvoir juger entre les hommes concernant ce sur quoi ils divergeaient. Plusieurs verset vont dans ce sens, ce qui en fait incontestablement un fondement de la religion musulmane.

{slide=title="La magie et la sorcellerie" scroll="true" class="icon"}

La magie relève du chirk car il consiste à vouer un culte aux djinns et à solliciter leur assistance pour égarer les humains. Le magicien est celui qui se livre à des manipulations nuisibles à l'homme grâce à l'entremise des djinns et au culte qu'il leur voue à la place d'Allah saws. Tantôt il se livre à des propos et actes en soufflant sur des nœuds tantôt il plonge (les gens) dans des hallucinations  au point de leur montrer des choses déformées.

Le magicien provoque parfois des hallucinations et fait voir les choses sous d'autres formes au point qu'on voie une corde ou un bâton  transformé en serpent ou une pierre transformé en un œuf, etc.

C'est dans ce sens que Allah saws à propos des magiciens de Pharaon: "Et voilà que leurs cordes et leurs bâtons lui parurent ramper par l'effet de leur magie."  (Coran 20/66)

Allah saws dit : "ils ensorcelèrent les yeux des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puissante magie." (Coran 7/116)

Allah saws dit : "contre le mal de celles qui soufflent (les sorcières) sur les nœuds" (Coran 113/4).

Le sihr est l’une des astuces utilisées par le diable pour égarer les humains. C’est pour cette raison que l’islam nous met en garde contre cette pratique.  

Allah saws dit : " ... Alors que Solayman n'as jamais été mécéant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu au deux anges Hãrout et Mãrout, à Babylone; ..." (Coran 2/102)

Le sihr ne peut être accomplie qu’en adorant d’autres divinités que Allah saws et en créant des liens privilégiés avec les suppôts du diable.

Il faut, par ailleurs, mettre en garde les croyants contre une pratique populaire, de nos jours, qui consiste à consulter les horoscopes ou à aller voir des diseurs de bonne aventure. Il est bon de se rappeler ce que le Messager saws nous a dit à ce sujet : "Quiconque va voir un diseur de bonne aventure et lui demande quoi que ce soit, sa prière ne sera pas acceptée durant quarante jours." (Rapporté par Mouslim)

La sorcellerie (sihr), qui inclut la cartomancie, la divination et l’astrologie, est strictement interdite en islam.  Dans tous les cas, elle implique une interaction avec le monde occulte et  implique le fait d’attribuer des associés à Allah. Ce sont là de très graves péchés qui peuvent mener une personne qui croit à la sorcellerie ou la pratique elle-même à son éternelle damnation.

L'Homme voit ainsi des choses irréelles. Aussi le magicien fait-il partie de l'ensemble des mécréants. Les autorités musulmanes, leur chef, doivent appliquer la justice dès qu'ils constatent la pratique de la magie en en exécutant l'auteur.

Il a été rapporté de façon sûre qu'Omar radi allahu anhu adressa un ordre écrit à ses préfets affectés en Syrie relatif à l'exécution de tout magicien et toute magicienne en raison de la gravité du mal et du danger qu'ils  constituaient pour les gens.

L'astrologie, la loterie, les jeux de hasard y sont en principe associés.

{slide=title="Le meurtre" scroll="true" class="icon"}

Le Messager sawsa dit  : "Nul âme n’est tuée injustement sans que le premier fils d’Adam n’en partage le péché, car il est le premier à avoir instauré le meurtre" (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Le Coran a associé le meurtre à l’idolâtrie pour l’horreur et la monstruosité de ce crime.
L’idolâtrie est une atteinte à la religion. Le meurtre est une atteinte à la vie.

Allah saws dit : "C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu'en dépit de cela, beaucoup d'entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre." (Coran 5/32).

Allah dit : "Quiconque tue intentionnellement un croyant, sa rétribution sera alors l’Enfer, pour y demeurer éternellement. Allah l’a frappé de Sa colère, l’a maudit et lui a préparé un énorme châtiment." (Coran 4/93).

Méditez cette énorme sanction :

• sa rétribution est l’Enfer
• il y demeurera éternellement
• Il subira la colère de Allah
• Allah le maudit
• Et lui a préparé un énorme châtiment

Le Messager de Allah saws à dit :  "La disparition de ce bas-monde est moins importante auprès de Allah que le meurtre d’un musulman". (Rapporté par Boukhari)

Le Messager de Allah saws à dit également : "Tout musulman est sacré pour le musulman : sa vie, ses biens et son honneur" (Rapporté par Mouslim)

L’islam a interdit de tuer même s’il s’agit de ta propre âme. Il n’est pas permis à l’homme de porter atteinte à sa vie. Tu appartiens à Allah. Ton âme appartient à Allah. Qui t’a donc donné le droit de te suicider ?!

Le Messager de Allah saws à dit :  "Quiconque se jette d’une montagne et se tue sera précipité éternellement en Enfer. Quiconque prend du poison et se tue aura son poison à la main et le sirotera éternellement en Enfer. Et quiconque se tue par une lame se frappera de cette lame éternellement en Enfer" (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Il est donc formellement interdit de tuer en islam, aussi bien le musulman que le non-musulman. Même lors d’une guerre légitime, l’islam a interdit de tuer les civiles qui ne participent pas au combat tels que les femmes, les enfants, les vieillards, les prêtres …

Allah azawajalb dit : "Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est MiséricorAllahx envers vous. Et quiconque commet cela, par excès et par iniquité, Nous le jetterons au Feu, voilà qui est facile pour Allah." (Coran : 4/29-30)

Le Messagersaws a dit : "Quiconque se précipite du haut d’une montagne et se tue sera alors jeté en Enfer d'où il chutera éternellement sans fin.  Quiconque se suicide avec un poison gardera ce poison à la main pour l’ingurgiter en Enfer éternellement et sans fin. Et quiconque se suicide avec un morceau de fer le tiendra alors dans sa main et s’assènera des coups dans le ventre en Enfer éternellement et sans fin." (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Ce verset et ce hadith prouvent qu’il n’est point permis de se suicider quelque soit les circonstances et que le suicide est un péché capital. Cepandant, Il est bon que celui qui envisage de se suicider sache qu’Allah azawajalb le met à l’épreuve pour tester sa persévérance et sa patience. Il doit être conscient de cette réalité et savoir que les épreuves auxquelles il est confronté peuvent lui être bénéfiques dans cette vie et dans l'audela.

L’islam respecte la vie. La vie est sacrée. L’âme est un souffle de Allah azawajalb, il n’appartient à personne de lui porter atteinte.

{slide=title="L'usure" scroll="true" class="icon"}

Allahazawajalb dit : 

الَّذِينَ يَأْكُلُونَ الرِّبَواْ لَا يَقُومُونَ إِلَّا كَمَا يَقُومُ الَّذِى يَتَخَبَّطُهُ الشَّيْطَنُ مِنَ"

الْمَسِّ ۚ ذَٰلِكَ بِأَنَّهُمْ قَالُوٓاْ إِنَّمَا الْبَيْعُ مِثْلُ الرِّبَوٓاْ وَأَحَلَّ اللَّهُ الْبَيْعَ وَحَرَّمَ

الرِّبَوٓاْ فَمَن جَآءَهُۥ مَوْعِظَةٌ مِّن رَّبِّهِۦ فَانتَهَىٰ فَلَهُۥ مَا سَلَفَ وَأَمْرُهُ

إِلَى اللَّهِۖ وَمَنْ عَادَ فَأُولَئِكَ أَصْحَبُ النَّارِۖ هُمْ فِيهَا خَلِدُونَ


"Ceux qui mange (pratique) de l'intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du Jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a boulversé. Cela; parce qu'ils disent : "Le commerce est tout à fait comme l'intérêt". Alors qu'Allah a rendu licite le commerce, et illicite l'intérêt. Celui, donc, qui cesse dès qui lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu'il a acquis auparavant; et son affaire dépend d'Allah. Mais quiconque récidive... alors les voilà, les gens du Feu! Ils y demeureront éternellement" (Coran 2/275)

Les profits usuraires sont radicalement interdits : profiter de la faiblesse de l'autre, l'exploiter et s'emparer de ses biens.

L'usurier est celui qui se nourrit de l'usure; il mène des activités usurières interdites par Allah et à propos desquelles Allah saws dit : "Allah a rendu licite le commerce, et illicite l'intérêt." (Coran 2/275). Allah saws dit encore : "Ô les croyants! Craignez Allah; et renoncez au reliquat de l'intérêt usuraire, si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l'annonce d'une guerre de la part d'Allah et de Son messager" (Coran 2/278-279)

Se nourrir d'usure constitue un des péchés majeurs dont il faut bien se méfier. Le riba (usure) est de différentes sortes; celle qui porte sur le délai et celle qui réside dans le surplus. La dernière consiste par exemple à vendre un dirham contre deux ou un saa (une mesure) d'orgue contre deux. Voilà le riba dans le surplus : un saa de riz contre deux de la même variété. Cette sorte de riba n'est pas permise. Le riba dans le délai consiste par exemple à vendre un saa d'orgue contre un saa de blé à livrer plus tard, après un jour ou deux donc après le départ du lieux de conclusion de la vente. Voilà la riba dans le délai. On vend 100 dollars contre 100 livres ou 10 livres dans un autre lieu sans livrer les objets vendus sur place. Voilà la riba dans le délai qui constitue l'un des péchés majeurs.

Allah saws dit : "Tout ce que vous donnerez à usure pour augmenter vos biens au dépens des biens d’autrui ne fructifiera pas auprès de Allah." (Coran 30/39)

Allah saws dit : "Ô vous qui croyez ! Craignez Allah ! Renoncer, si vous êtes croyants à ce qui vous reste des profits de l’usure." (Coran 2/278)

Allah saws maudit tous les acteurs du circuit usurier : celui qui se nourrit des ses intérêts, celui qui les donne, celui qui rédige le contrat d’usure ainsi que les témoins de ce contrat.

Il est authentiquement rapporté d'après Djâbir ibn `Abd-Allah radi allahu anha1 qu'il dit :

 "Le Messager d'Allah saws maudit celui qui reçoit l’usure, celui qui la donne, les deux témoins de la transaction et celui qui écrit l'acte, et dit : "Ils sont tous égaux (dans le péché)". " (Rapporté par Mouslim)

Le modèle usuraire présente plusieurs inconvénients tant sur le plan moral qu’économique : c’est une forme d’exploitation de l’homme par l’homme qui rompt les liens d’entraide et de solidarité. Il favorise l’endettement et/ou le surendettement avec le cercle vicieux bien connu : pour payer des dettes, il faut contracter de nouvelles dettes. Par ailleurs, il accorde plus d’importance au capital qu’au travail favorisant ainsi l’émergence d’une classe de rentiers qui font des profits sans effort, sans prise de risque et sans réelle richesse produite. Il est aussi responsable de l’accroissement des inégalités entre les riches et les pauvres avec comme effet des tensions et des ressentiments qui fragilisent la société. Enfin, ce système est terriblement "coriace" : ceux qui en tirent profit sont en position de force et font tout pour le maintenir en place.

Enfin, il faudra se méfier des sites ou des instances qui vous prétende que la Riba est licite à la condition que l'intérêt produit ne va pas au-delà du double de la somme emprunter se basant et interprétant la Sourate 3 verset 130, en argumentant sur les mots comme le font les chi'its à propos des ablutions par exemple, ce n'est que de la spéculation sur les thermes du Coran pour rendre licite ce qui ne l'est pas.

Ou encore certaine banque dite islamique qui pratique "un financement Murabaha", qui consiste à avoir un prêt sans riba, mais, c'est de la poudre aux yeux, qui n'est qu'un intérêt déguisé, car il y a une majoration sur le prix initial du produit vendu par le propriétaire, bien sûr avec votre consentement; ce profit est justifié et légalisé comme étant un commerce par consentement mutuel, le principe de "vente=achat". la banque islamique achéte et prend possession de la marchandise (voiture, maison) et revendra ensuite cette marchandise au client moyennant des échéances (sommes réparties sur des échéances) et une marge bénéficiaire consenties entre les deux parties contractantes. Cette pratique ressemble à l'explication donnée par les pêcheurs juifs à propos de leur pêche de leur samedi Saint dans le pricipe.     

{slide=title="S'en prendre aux biens de l'orphelin" scroll="true" class="icon"}

Le cinquième est la spoliation des biens d'un orphelin, un enfant qui a perdu son père à bas âge. On doit lui réserver un bon traitement, sauvegarder et fructifier ses biens de la meilleure manière. Celui qui détourne les biens d'un orphelin et s'en empare injustement s'expose à une grave menace car il agresse un faible et confisque ses biens, ce qui l'expose à cette grave menace. Il n'est pas pour autant un mécréant, mais il baigne dans la désobéissance envers Allah saws, si toutefois il ne juge pas son comportement licite.

Allah saws dit : "Et ils t'interrogent au sujet des orphelins. Dis : "Leur faire du bien est la meilleure action"". (Coran 2/220)

Nul doute que les orphelins, et les nécessiteux sont ceux qui méritent le plus assistance et attention. Le Seigneur saws a multiplié, dans Son Noble Livre, les incitations à la bienfaisance, et la miséricorde, envers eux, ainsi qu'au réconfort qu'on se doit de leur apporter. Il convient que les croyants, et les croyantes, soient bienfaisants envers ceux qui sont confrontés à cela, et compte parmi eux des orphelins et des pauvres. Et les aumônes qui peuvent leur être destinées comme l'aumône légale "Zakât" ou autre sont ici, de circonstance.

Il a été rapporté du Prophète saws : "Nous sommes, moi et le tuteur d'un orphelin, comme ces deux là, au Paradis, et croisa ses deux doigts. Cela prouve la grande récompense du tuteur d'un orphelin et la bienfaisance qu'on se doit d'avoir envers lui"(Rapporté par Mouslim et tirmidhi)

Le Prophète saws a dit : "Quiconque travaille dans le but de dépenser son argent afin de pourvoir aux besoins de celle qui n'a pas de mari et de l'indigent, est comme le combattant dans le sentier d'Allah, ou comme le jeûneur dont le jeûne est perpétuel et comme celui qui prie sans éprouver la moindre fatigue". (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

On ne doit s'approcher des biens de l'orphelin que de la meilleure manière, et ce, en utilisant cet argent pour faire du commerce, en le faisant fructifier, avec sincérité et en s'acquittant de ce dépôt jusqu'à ce qu'il atteigne la puberté, qu'il soit doté d'une certaine intelligence et qu'il soit sensé. S'il a toute sa raison, on lui donnera alors ses biens. Il n'est donc pas permis de s'approcher de ses biens en les convoitant et en ayant de mauvaises intentions, en effet, ces attitudes seront parmi les plus grandes causes de châtiment et comptent parmi les grands péchés.

Allah saws dit : "Ceux qui mangent (disposent) injustement des biens des orphelins ne font que manger du feu dans leurs ventres. Ils brûleront bientôt dans les flammes de l’Enfer."  (Coran 4/10)

Donc, celui qui est responsable d'un orphelin ou d'une orpheline se doit de craindre Allah azawajalb, d'être bon envers eux, de préserver leurs biens de tout ce qui est mauvais et de faire des efforts pour les faire fructifier.

{slide=title="Fuir au jour du combat" scroll="true" class="icon"}

Le sixième consiste à prendre la fuite en pleine bataille. Quand les musulmans rencontrent les mécréants en période de guerre, il s'enfuit laissant ses frères en religion face à l'ennemi qui avance ou qu'on va attaquer, celui-là s'expose à la menace exprimée en ces termes :

Allah saws dit : "Ô vous qui croyez quand vous rencontrez (l'armée) des mécréants en marche, ne leur tournez point le dos." (Coran 8/15)

S'il recule pour mieux sauter en allant chercher une arme pour se battre plus farouchement ou s'il se déplace d'un groupe de soldats à un autre ou d'une rangée à une autre dans le cadre d'une manœuvre, tout cela ne nuit pas (aux musulmans).

Obligation de participer au djihâd : s'engager dans la lutte pour le bien et contre le mal, avec les armes si nécessaire. Tout musulman doit soutenir sa communauté et ses frères musulmans, les défendre par la parole et par l'action. Ne pas le faire est donc un péché grave.

{slide=title="Calomnier les croyantes vertueuses" scroll="true" class="icon"}

Le septième est l'accusation d'adultère portée contre une femme musulmane chaste et innocente en se permettant de dire faussement qu'une Telle invite à la fornication. Le fait de nuire aux musulmans et de s’attaquer à leurs honneurs en les accusant à tort sans preuve est un péché capital. Son auteur mérite de subir une punition  de 80 coups de fouets puisque, Allah saws dit : "Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sans produire par la suite quatre témoins, fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet, et n'acceptez plus jamais leur témoignage. Et ceux-là sont les pervers." (Coran 24/4)

Allah saws dit aussi : "Ceux qui lancent des accusations contre des femmes vertueuses, chastes [qui ne pensent même pas à commettre la turpitude] et croyantes sont maudits ici-bas comme dans l’au-delà; et ils auront un énorme châtiment " (Coran 24/ 23)

Allah saws dit : "Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu’ils l’aient mérité, se chargent d’une calomnie et d’un péché évident "(Coran 33/58).

Des peines sévères sont prévues pour ceux qui accusent des femmes honnêtes par de fausses accusations d'adultère, ainsi que par faux témoignage ou parjure.

L'adultère et la fornication sont tous deux désignés par le terme arabe "zinâ". Le "zinâ", sous toutes ses formes est strictement interdit en Islam et est considéré comme un péché capital.

Allah azawajalb dit : "Ne vous approchez pas de la fornication. C'est une abomination et une voie pleine d'embûches". (Coran 17/32

Il est recommandé à l’homme de se séparer de sa femme si elle commet l’adultère en la divorçant, de peur qu’elle ne porte atteinte à son honneur en lui attribuant un enfant qui n’est pas le sien. Cependant, s’il décide de la garder, il ne doit pas avoir des rapports avec elle qu’après s’être assurée qu'une fois qu’elle a ses règles.

Le Messager saws a dit : "Il est interdit à celui qui croit en Allah et au Jour Dernier d’avoir des rapports avec une femme enceinte d’un autre homme(Rapporté par Abou Dâwoûd)

Si l’adultère est prouvé ou s’il y a confession, les époux ne doivent plus partager la même couche. Mais, le divorce n'est pas automatique, il faut qu’il soit prononcé ou signifié par écrit.

Si l’épouse s’est repentie sincèrement et que le mari en est convaincu, il a la possibilité de garder ce mariage, si suite à l'adultère il y a pas d'enfant. Mais, s’il n’y a pas de signe de repentir, il n’est pas permis à un(e) musulman(e) de rester marié(e).

 {/slides}

Voilà les sept péchés qualifiés de destructeurs en raison de leur gravité

 

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

Le savoir parfait appartient à Allahazawajalb , et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammedsaws, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.band deco

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

Je demande humblement à Allah  de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.