Arrivée à la Mecque

Ce que doit faire le pèlerin dont le rite est le Tamattou’ (jouissance)

Quand vous arrivez à la Mecque, si vous étés en Tamattou’, vous accomplissez les rites de la omra en commençant par le circuit de la omra : vous faite sept fois le tour de la Kaaba, chaque tour commence et se termine à la pierre noire (pierre située dans l’un des angles de la Kaaba et qui est indiquée par un trait longiligne noir sur le sol). Il est recommandé de faire les trois premiers tour en se préssant et les quatres derniers en marche normale.

En commençant le tawaf, faire face à la Pierre noire, et tendre la main droite une fois dans sa direction (ne pas embrasser sa main !) et dire :

بِسْمِ اللهِ واللهُ أَكْبَر

(Bismillahi wal-laahou akbar)

Au Nom d’Allah, et Allah est Le plus Grand

Après avoir terminer le septième tour, vous sortez du circuit et vous priez deux unités de prières, de préférence prés du "maqâm ibrâhîm" (le lieu d’Ibrâhîm) si c’est possible ; Ce lieu est visible, car il est près de la Kaaba et il est indiqué par une sorte de petite coupole dorée. Aussi, il est recommandé de dire en y allant :

واتّخذوا مِن مَقَام ابْرَاهِيمَ مُصَلَّى

(wat-takhidou mine maqâmi ibrâhîma moussalla)

"... - Adoptez donc pour lieu de prière, ce lieu où Ibrâhîm se tint debout -... " (Coran 2/125)

et d’y prier deux unités de prières en commençant par réciter la sourate al-kâfiroune (les mécréant) et dans la deuxième unités la sourate al-ikhlâss (le monothéisme pur). Sinon à n’importe quel endroit de la mosquée. Ensuite, il est recommandé de boire de l’eau de Zem Zem. Le Prophète en buvait jusqu’à n’avoir plus soif et s’en verser sur le visage. Il est aussi recommandé d’accompagner cette adoration par des vœux, car cette eau est bénite et est une cause pour l’exaucement des vœux comme il est indiqué dans le hadith authentique.

Puis ton se diriges vers le Saffâ (petit monticule proche du puit de Zem Zem). En montant la colline, on pourra lire le verset 158 de la sourate al-baqara et on dira, ensuite, nous commençons par là où Allah a commencé (c'est-à-dire le saffâ) (nabda-u bimâ bada-a llahou bihi).

et on effectue sept fois le va-et-vient (le sa’yi) entre ce monticule et l’autre qui se nomme Marwâ, c’est le sa’yi de la omra. On commence le premier aller à Saffâ et on le termines à Marwâ. Ensuite, on commence le deuxième tour à Marwâ et on le termines à Saffâ, et ainsi de suite jusqu’à ce qu'on termine sept tours. Ainsi, l'aller du Saffâ à Marwâ constitue un tour et l'aller de Marwâ à Saffâ constitue un tour.

On lira ce verset lorsqu'on s’approches de As-Safa avant de grimper le mont, à cet endroit uniquement et seulement au début du premier tour ; on ne dois pas le répéter à chaque tour.

إِنَّ الصَّفَا وَالْمَرْوَةَ مِن شَعَائِرِ اللَّهِ ۖ فَمَنْ حَجَّ الْبَيْتَ أَوِ اعْتَمَرَ
فَلَا جُنَاحَ عَلَيْهِ أَن يَطَّوَّفَ بِهِمَا ۚ وَمَن تَطَوَّعَ خَيْرًا فَإِنَّ اللَّهَ شَاكِرٌ عَلِيمٌ

أبدأ بما بد الله به

"As-Safa et Al-Marwa sont les lieux sacrés d'Allah. Donc quiconque fait pèlerinage à la Maison ou fait l'Umra ne commet pas de péché en faisant le va-et-vient entre ces deux monts. Et quiconque fait de son propre gré une bonne œuvre, alors Allah est reconnaissant, Omniscient." (Coran 2/158)

"Je commence par ce qu’Allah a commencé"

(Inna-safaa wal-marwata min sha-‘aa-irillah; fa men hadja el baït aw a'tamara fala djounaha aleïhi an yatoufou bihimaa wa men tatawa'a khayran fa ina Laha chakiroun alim )
(Abad bima bad Allah bi)

(ces deux phrases doivent être récitées une seule fois au début du Sa’i, (pas au début de chaque trajet) (Mouslim)

Il est bon de remarquer qu'on est obligé de terminer le circuit à Marwâ sans cela on aura, sans le moindre doute, fait un tour en moins ou un tour en plus. Aussi, on pourra constater des lumières vertes à chaque circuit ; selon la sunna il est recommandé de presser le pas voire même courir entre les deux lumières vertes et on pourra aussi y dire :

Sur le mont As-Safa, (on n’es pas obligé d’aller jusqu’à la cime du mont), on se place de manière à faire face à la Kaaba et dis trois fois : 

الله أكبر
«Allahou Akbar»
Allah est Le plus Grand

L’invocateur lève ses mains au niveau de ses épaules, en tenant ses mains jointes et non séparées. Les paumes (l’intérieur des mains) levées vers le ciel, et l’extérieur des mains dirigé vers le sol, ensuite, on répèteras cette évocation trois fois :

 لا اله آلا الله وحده لا شريك له, له الملك و له الحمد ,يحي و يميت و
هو على كلّ شيئ قدير,لا اله إلا الله وحده أنجز وعده,
و
نصر عبده, و هزم الأحزاب وحده

(Laa ilaaha illallahu waHdahu laa charika lah, lahul moulku wa lahul hamd, yuh-yi wa yu-mit wa huwa ‘ala kulli shayin qadir,
laa ilaaha illallahu waHdah, anjaza wa’dah, wa naSara ‘abdah, wa hazamal aHzaaba waHdah)

Il n’y a pas de divinité digne d’être adorée si ce n’est Allah il est Unique sans associés.
À lui la Royauté et les louanges. Il donne la vie et Il donne la mort. Il peut tout faire.
Nul ne mérite d’être adoré si ce n’est Allah. Il a tenu sa promesse et
donné la victoire pour Ses serviteurs et défait les confédérés tout Seul

Ensuite, on descend de As-Safa et dirige-toi vers Marwa en marchant normalement, tout en évoquant Allah azawajalb et en L’implorant pour Ses biens. Arrivé au début de la marque verte, on doit "courir à vive allure", selon ces capacités, jusqu'à ce que tu arrives à l’autre marque verte. Ensuite, tu marches à nouveau normalement et continues ton trajet jusqu'au moment de gravir le mont Al Marwah. Lorsque tu seras arrivé à Marwa et l’auras gravi, place toi-en direction de la Kaaba et répète les invocations et les évocations comme tu l’as fait à As-Safa : dis trois fois : " Allahou Akbar " ; ensuite, répéter la formule qu'on a utlisée lors As-Safa.

Toujours de cette même façon, recommence ce parcours pour atteindre les sept tours en commençant par As-Safa pour terminer à Marwah. Entre Safa et Marwa : il n’y a pas de douas spécifiques de la sunna, mais il est bien de supplier et d’invoquer Allah azawajalb comme vous le voulez.

Il n’y a pas de mal à vous reposez si vous commencez le va-et-vient en marchant puis sens venir la fatigue et l’épuisement. Il t’est aussi permis de compléter tes tours en utilisant un chariot. Si la prière te trouve pendant que tu fais le va-et-vient, prie et ensuite, continue ton va-et-vient à partir de là où tu t’es arrêté.

Il est préférable que vous soyez en état de pureté en faisant ce parcours. Toutefois, si celui qui fait la Oumra accomplit son va-et-vient alors qu’il n’est pas en état de pureté, cela reste valable. De la même façon, si la femme voit ses règles ou a les lochies après avoir fait les circuits autour de la Kaaba, elle peut faire le va-et-vient et celui-ci reste valable.

Après cela, l’homme se coupe tous les cheveux et la femme coupera l’équivalent d’un bout de pouce (phalangette) de ses cheveux. Ainsi, la Omra sera terminée.

Si les piliers de la Omra ne sont pas accompli, la omra n’est pas valide sans l’ihrâm, le tawâf (tour autour de la Kaaba) et le sa’yi (circuit entre Saffâ et Marwâ).

Toutes fois si une obligation n’est pas accomplie alors, il faudra sacrifier une offrande et la distribuer aux pauvres de la Mecque et la omra sera, dès lors, valide.) sont l’ihrâm en son endroit (miquât), le rasage ou la coupe des cheveux.

Ce que doivent faire les pèlerins qui accomplissent le rite quirân et ifrâd à leur arrivée

Á l'arrivée à la Mecque, si vous accomplissez le rite quirân ou ifrâd, il est souhaitable qu'on accomplisses les sept tours de la Kaaba (c’est ce que l’on nomme le circuit d’arrivée "tawâf al-quoudoum" ; puis on prie deux unités de prières derrière le lieu d’Ibrâhîm, si cela est possible, puis on ira boire de l’eau de Zem Zem.

Ensuite, si vous voulez, vous pourrez accomplir le sa’yi du hadj (Saffâ et Marwâ) ; si vous accomplissez le hadj seul qui est le rite ifrâd. Après tawâf d’arrivée, vous restez en état d’ihrâm jusqu’au jour de l’Aïd (dixième jour de dhoul-hijja).

AVERTISSEMENT

• La condition de validité du tawâf est l’intention (elle émane du cœur et ne se prononce pas), la purification (on doit être en état d’ablution majeure et mineure), la protection de la pudeur (on portera des habits qui ne dévoileront pas les parties intimes) et l’achèvement des sept tours. Chaque tour commence et se termine à la pierre noire. Il faut aussi laisser la Kaaba à sa gauche (les tours se font dans le sens contraire des aiguilles d’une montre) et faire le tour de la Kaaba au-delà du hijr (c’est une sorte de muret qui forme un demi-cercle dans l’un des cotés de la Kaaba), sinon le tour est incomplet parce que la plus grande partie de ce hijr fait partie de la Kaaba.

• Pendant le circuit de la omra et le circuit d’arrivée (tawâf al-quoudoum), il est souhaitable que l’homme sorte son épaule droite de ses habits (c’est l’ittibâ’) et qu’il marche rapidement pendant les trois premiers tours –s’il est possible- tout en rapprochant les pas (c’est le raml).

• Le tawâf et le sa’yi n’ont pas une invocation spécifique ; le pèlerin peut dire quelques invocations ou dire :

سُبْحَانَ اللهِ، والحَمْدُ للهِ، لَا إِلَهَ إلَّا اللهُ واللهُ أَكْبَرُ

" subhâna lahi, lâ ilâha illa lahou, allahou akbar",
" Qu’Allah soit exalté, il n’y a pas de divinité à part Allah, Allah est le plus grand "

ou réciter quelques versets du Coran, ( Il est bon aussi de dire entre l’angle yéménite et la pierre noire cette invocation :

ربّنا آتنا في الدّنيا حسنة و في الآخرة حسنة و قنا عذاب النّار

"rabbanâ âtîna fi-ddounyia hassanh wa fi-lâkhirati hassanah wa qinâ ‘adhâba-nnâr »
"Ô Seigneur accorde-nous une belle part ici-bas et une belle part dans l’au-delà et préserve-nous du châtiment de l’enfer "

On ne doit pas bousculer les autres pour atteindre la pierre noire (pour l’embrasser ou la toucher), s’il on réussit a atteint qu’on la touche et l’embrasse, sinon il suffit qu’on lui fasse un signe de la main quand on passe près d’elle. Aussi qu’on touche le coin yéménite, si on y parvient, sans l’embrasser. Par contre, si on ne parvient pas à la toucher, qu’on en aille sans lui faire un signe de la main ou autre.

• La validité du sa’yi (circuit entre saffâ et Marwâ) est conditionnée par l’intention qui émane du cœur et ne doit en aucun cas être prononcée. Il faut aussi qu’il ait lieu après un tawâf licite. Aussi, il faut absolument accomplir les sept tours, chacun doit couvrir le trajet entre Saffâ et Marwâ. (On remarquera, contrairement au tawâf, qu’il est autorisé de faire le sa’yi sans être en état d’ablution mais il est recommandé d’être en état de purification).

• Si on appelle à la prière, alors que le pèlerin accomplit le sa’yi ou le tawâf, il doit arrêter son circuit et prier avec les pèlerins. Quand il aura terminé la prière, il reprendra le tour en tenant compte de ce qu’il a déjà accompli.


Wa Allâhou A’lam

Allah azawajalb est le plus savant

band decoJe demande humblement à Allah  azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed  saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.