Rose

Oum Salâma bint Abi Oumaya radi allahu anha1

Rose

Après la mort de Zaynab, la mère des pauvres, le Prophète saws épousa quelque temps après, Oum Salâma radi allahu anha1 qui occupa la chambre de la défunte. Oum Salâma Hind était la fille d'Abou Oumaya ben al-Mughîra, Mecquoise de la tribu des Makhzûm. Elle était une proche parente de Khâlid ibn al-Walîd, le grand conquérant des débuts de l'islam. Oum Salma était mariée auparavant à Abou Salma Abd Allah Ibn Abd al-Asad qui avait été tué à la bataille d'Uhoud en 625, Compagnon du Prophète radi allahu anhum qui avait émigré en Abyssinie et ensuite à Médine. Il était le fils de la tante maternelle de l'Envoyé d'Allah saws.

Quand la période de viduité d’Oum Salma prit fin, beaucoup de Compagnons demandèrent sa main, parmi lesquels Abou Bakr radi allahu anhu et Omar Ibn Khattab radi allahu anhu. Cependant, elle déclina leur demande. Après eux, le Prophète saws envoya quelqu’un la demander en mariage. Oum Salâma aurait bien voulu accepter cet honneur, mais elle considérait qu’elle n’était plus jeune, qu’elle avait des enfants et donc qu’elle ne pouvait pas faire partie de la maison du Prophètesaws aux côtés de femmes aussi jeunes que Aïcha et Hafsa. Oum Salâma savait que son âge ne jouait pas en sa faveur, et elle reconnaissait elle-même qu'elle était très jalouse. Le Prophète saws  ne pensa pas que ces défauts faisaient obstacles à leur union.

Le Prophète saws comptait les enfants d’Oum Salâma au nombre des membres de sa Maison. Il prit soin de Zaynab (la fille de son épouse) et s’occupa d’elle sans discontinuité. Ce fut lui-même qui la maria. De la même manière, il porta une grande attention à Omar et Durrah, fils et fille d’Umm Salâma. Il ne faisait aucun doute pour celle-ci qu’elle-même et ses enfants appartenaient à la grande famille de l’Envoyé d'Allah saws.

Oum Salâma eut beaucoup d'occasions d’accompagner le Prophète saws dans ses expéditions militaires. Il en fut ainsi à Khaybar, lors de la conquête de la Mecque, le blocus de Tayf, puis lors du pèlerinage d’adieu, en l’an XI de l’Hégire.

Elle était poétesse. Elle savait aussi lire et mourut en 61 de l'hégire. Abou Hourayra pria sur sa tombe, suivi d’un nombre considérable de croyants. Elle fut la dernière des Mères des croyants à quitter ce monde.

Rose

© Copyright 2022 - L'Islam.com - La religion Véridique
Louange à Allah pour nous avoir permis de créer ce site. Qu'Allah nous protège et tous ceux qui nous suivent