decorarabesqueD2decorarabesqueG2

Corriger les erreurs de la prière

Louange à Allah. Que la paix et le salut soient sur notre Prophète Mohammed saws qui a transmis avec clarté, ainsi que sur ses proches, ses compagnons et tous ceux qui les suivent à la perfection jusqu'au Jour dernier.

Donc, il est très important que le croyant sache comment réparer et rectifier les erreurs commises dans la prière dans l'espoir qu'elle soit acceptée et agrée par Allah azawajal vert.

Dans la prière, on distingue deux aspects qu’on ne doit pas négliger, les premiers sont les règles de la prière et l'autre la sunna du Prophète saws. Toutes les erreurs ayant trait aux règles sont susceptibles d'annuler la prière, alors que ce qui relève de la sunna n’annule pas la prière systématiquement. Les règles régissant les prosternations de la distraction ont pour but de corriger les distractions qui ont lieu pendant la prière. La distraction est due au diable (iblis) contre qui nous sommes en guerre, qui essaye de semer la confusion chez le fidèle et invalider sa prière, on appelle cela insufflations (waswâs). 

Allah azawajal vert dit : " Puisque Tu m'as mis en erreur, dit (Satan), je m'assoirai pour eux sur Ton droit chemin, puis je les assaillirai de devant, de derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants " (Coran 7/16-17

Le diable est notre pire ennemi et il essaie inlassablement de nous séduire comme le verset suivant du Coran : " Par Ta puissance ! dit (Satan). Je les séduirai assurément tous, sauf Tes serviteurs élus parmi eux ". (Coran 38/82-83)

D'après Abou Houreyra radi allahu anhu, le Prophète saws a dit : " Lorsque l'on appelle à la prière, Chaytan s'éloigne et il fait un pet jusqu'à ce qu'il n'entende plus l'appel. Lorsque l'appel est terminé, il revient jusqu'au moment de l'iqama, alors il s'éloigne. Quand l'iqama est terminée, il revient et se met entre la personne et la concentration, il dit : - Rappelle-toi ceci, rappelle-toi cela -, des choses dont il ne se souvenait pas jusqu'à ce que la personne ne sache plus combien il a prié ". (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

D’après Anas radi allahu anhu : Le Prophète saws a dit : " Celui qui oublie une prière la priera quand il s’en souviendra. Il n’y a pas d’expiation si ce n’est cela." (Rapporté par Mouslim et Boukhari)

D’après Anas radi allahu anhu : Le Prophète saws a dit : " Lorsqu’un d’entre vous omet une prière à cause du sommeil ou l’oubli, qu’il la prie lorsqu’il s’en souvient, car Allah azawajal vert dit :"... Accomplis la Salât pour te souvenir de Moi. " (Coran 20/14) (Rapporté par Mouslim)

Celui qui est sujet à la distraction au moment de sa prière, qu'il recherche protection auprès d'Allah azawajal vert contre Iblis, qu'Il postillonne trois fois à sa gauche. Si le doute survient après la sortie de la prière, il ne doit produire un effet que s’il repose sur une preuve sûre. Autrement, il pourrait ouvrir la voie aux intrigues et aux rajouts dans le culte.

Les piliers (règles) de la prière (rukn, fard)

01- L’intention (niyya). L’intention est le cœur et non par la prononciation de l'intention,
02- La position debout quand on en est capable (qiyâm), faire le Takbir (dire Allahou Akbar au début de la prière),
03- Lecture de la Fatiha, dans chaque unité de prière, sans la Fatiha, la prière est invalide,
04- Inclinaison (rukoû) et quiétude (le fait de respecter un temps de pose pendant chacune des positions), l’inclinaison vers l’avant afin d’avoir le dos à l’horizontal avec les mains sur les genoux,
05- Se relever de l’inclinaison et se remettre debout (qiyâm) (manière sereine*),
06- Les prosternations (soujoud) sur les 7 parties du corps, (le front et le nez, les deux mains, les deux genoux, les deux pieds)
07- S’asseoir entre les prosternations, (manière sereine), 
08- Se relever de la 1ʳᵉ prosternation + position assise (joulous),
09- La position assise après 2 cycles de prière et réciter le Tachahoud,
10- Le salut final (taslim), du côté droit puis du côté gauche,
11- L’ordre des obligations.

 Le Prophète saws a dit à celui qui n'a pas fait un des piliers de sa prière *(Quiétude : qui est le temps de pose dans chaque position : "Retourne et prie, car tu n'as pas prié". (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Le Prophète saws a dit : " La prière d'une personne n'est complète jusqu'à ce qu'il fasse ses ablutions parfaitement, puisqu'il proclame la grandeur d'Allah, le remercie et qu'il lise ce qu'il veut du Coran, puisqu'il dise : "Allah est plus grand", puisqu'il s'incline jusqu'à ce que ses membres soient bien stables, puisqu'il dise : "Allah a entendu celui qui l'a loué" en se stabilisant en position debout, puisqu'il dise : "Allah est plus grand", puisqu'il se prosterne jusqu'à ce que ses membres soient stables dans cette position, puisqu'il dise : "Allah est plus grand" et qu'il relève sa tête jusqu'à être stable dans cette position, puisqu'il dise : "Allah est plus grand", puisqu'il se prosterne jusqu'à ce que ses membres soient stables dans cette position, puisqu'il relève sa tête et proclame la grandeur d'Allah. Quand il aura fait cela, sa prière sera complète ". (Rapporté par abou Dâwoud)

Rappel des obligations de la prière :

Quiconque aurait négligé volontairement une des obligations de la prière, sa prière est invalide.

1- Dire " Allahou akbar " à chaque mouvement.
2- Récité la Fatiha, à chaque fois que l'orant se met debout,
3- Dire " Gloire à Dieu l'Immense" "Soubhan Allah al-'Adhim " pendant les inclinaisons,
4- Dire " Allah entend celui qui lui est reconnaissant " quand on se relève " Sami’a Allahou limen hamidah",
5 Dire " Soubhana Rabbi al  'Alâ " (Pureté à mon Seigneur Le Très Haut !) pendant la prosternation,
6 S’asseoir après la deuxième rakat ou troisième rakat et faire le tachahoud.
7- Dire la prière et la bénédiction sur le Prophète saws durant le dernier Tachahoud de la prière. (Les 2 tachahouds sont des fortes recommandations (sunna mu’akkada)

Celui qui aurait négligé quelque chose par oubli, il compenserait cela par deux prosternations de l’oubli à la fin de la prière avant le salam.

Les sounnans de la prière sont au nombre de 25, l’oublie des sounnans n’annule pas la prière, que cela soit par omission volontairement ou bien oublie involontairement. Si elles sont oubliées, il n’est pas nécessaire de faire deux prosternations de l’oubli à la fin de la prière, car l’application de ces sounnans n’est pas obligatoire, mais aimable. À une exception, l’imam Malik Rahimouhou Allah ainsi que l’imam Abou Hanifa Rahimouhou Allah ont dit que si l’imam oublie de lire le Coran à haute voix, pensant la prière du Soubh, du Maghreb ou du ‘Icha et qu’il le lit à voix basse, il se doit alors de compenser cet oubli par deux prosternations de l’oubli.

Liste des actes surérogatoires

01 - Demander protection contre Shaytan (al isti'adha)
02 - L’invocation d’ouverture (Dou'â’ el Istiftâh).
03 - Poser la main droite sur la main gauche contre la poitrine pendant la station debout, avant l’inclinaison (roukou)...
04 - Réciter d’autres versets du Coran après la sourate "L’ouverture" (El Fâtiha)
05 - Lever les mains en ayant les doigts joints à hauteur des épaules ou des oreilles, durant le premier Takbîr, l’inclinaison, le redressement après l’inclinaison et le redressement pour la troisième Rak'a juste après Tachahoud.
06 - Dire " Amin ".
07 - Dire plus d’une fois l’invocation de l’inclinaison et celle de la prosternation (respectivement "Soubhan rabi al-'Azim" et "Soubhan rabi al-A'la").
08 - Tenir la tête bien droite dans le prolongement du dos, durant l’inclinaison.
09 - Mettre les mains sur les genoux pendant l'inclinaison.
10 - Éloigner les bras du corps et le ventre des cuisses durant la prosternation.
11 - Lever les avant-bras du sol durant la prosternation.
12 - Dire plus d’une fois l’invocation (douas) entre les deux prosternations.
13 - S’asseoir sur la jambe gauche, en posant le pied droit verticalement, perpendiculaire au sol, pendant le premier tachahoud et entre les deux prosternations.
14 - Poser la fesse gauche sur le sol, en posant le pied droit verticalement, perpendiculaire au sol, et en faisant glisser le pied gauche sous le tibia droit, durant le dernier tachahoud (position appelée Tawarrouk).
15 - Diriger l’index vers la Qibla dans le premier et le deuxième tachahoud du début jusqu’à la fin.
16 - La Prière et la demande de bénédiction sur le Prophète saws et ses proches, et sur Ibrahim alaihisalam et ses proches, durant le premier tachahoud.
17 - L’invocation (douas) dans le dernier tachahoud.
18 - Réciter à voix haute dans la prière de l’aube (El Fajr), et dans les deux premières Rak'a des Prières du coucher du soleil (Maghreb) et du soir (El 'Ishâ’).
19 - Réciter à voix basse dans les prières du midi (El Dhohr) et de l’après-midi (El 'Asr), dans la troisième Rak'a de la prière du coucher du soleil (Maghreb) et dans les deux dernières Rak'a de la prière du du soir ('Ishâ’).
20 - Invoquer Allah azawajal vertavant le salam (salutations de la fin de la prière).
21 - Tourner la tête vers la droite, ensuite vers la gauche au moment du salut (taslim).

Lever les mains : Il est recommandé de lever les mains jusqu'aux épaules dans 4 situations,

- Au début de la prière (en même temps que le premier takbir), selon le hadith de Abou Hourayra : "Il levait ses mains quand il commençait la prière".
- Avant de s'incliner, selon un hadith de Ibn Omar rapporté par al Boukhari et Mouslim : "Il levait ses mains en s'inclinant et en se redressant"
- En se redressant de l'inclinaison (même hadith que précédemment)
- En se relevant pour la 3ᵉ unité, selon un hadith rapporté par l'imam al Boukhari, Abou Dawoud et an-Nasaï

Il n’y a pas de différence entre la prière obligatoire et la prière surérogatoire en ce qui concerne la prosternation de l’oubli, et c’est ce qui a été dit par la plupart des Oulémas.

Il y a deux sortes de réparation : Une réparation à cause de l’oubli (dit : Soujoud al-qabli). Une réparation à cause de l’ajout (dit : Soujoud al-ba’dî)

  1. AVANT (soujoûd al-qablî)
  2. APRÈS (soujoûd al-ba'dî)

Avant le tashahoud final, on ne fait pas tout de suite le salâm (taslim), on se prosterne une fois (en faisant le takbîr), on s’assoit (en faisant le takbîr), puis on se prosterne une deuxième fois (en faisant le takbîr) ensuite on s’assoit (en faisant le takbîr) et enfin on fait le salut final.

Il est fait après le salut final : après le salut final, on se prosterne une fois (en faisant le takbîr), puis on s’assoit (en faisant le takbîr), puis on se prosterne une deuxième fois (en faisant le takbîr), puis on s’assoit (en faisant le takbîr), enfin on fait le salut final. 

Attention le " Soujoûd al-ba’dî " exige de formuler l'intention de réparation obligatoirement.

Les causes de ces deux prosternations sont au nombre de trois

L'AJOUT LA DIMINUTION.- LE DOUTE

Si le prieur ajoute une inclinaison, une prosternation, une position assise ou se met debout volontairement, sa prière devient alors invalide, il faut la refaire.

Si l'ajout est involontaire et qu'il ne s'en rend compte qu'après avoir juste terminé la prière, il doit alors faire les prosternations de la distraction et sa prière devient valide. S’il ne s'en rend compte qu'après une longue durée de temps après la prière, alors sa prière est annulée. Il faut que ce soit après une courte durée, afin qu’il puisse se rattraper, et il ne faut pas trop parler entre temps, et encore moins de choses extérieures à la prière.

Par contre, s'il se rappelle de l'ajout aussitôt qu'il le fait, il doit, d'une part, revenir et délaisser ce ajout, et d'autre part, faire les prosternations de la distraction. Sa prière sera alors valide.

La prosternation (Rak'at) de la distraction (Soujoûde As-sahwi)

Elles s'effectuent AVANT la salutation finale dans deux cas de figure :

1 - Lors d'une diminution : la preuve est le hadith de ‘abdoullah ibn bahina radi allahu anhu qui a rapporté que le Prophètesaws a effectué les prosternations de la distraction avant la salutation finale lorsqu'il a délaissé le premier tachahoud. Si on s’est relevé en oubliant de s’asseoir pour le tachahoud du milieu, alors que les mains et les genoux sont déjà loin de la terre, il faut continuer la prière sans revenir à la position assise, au risque d'invalidé la prière.

2 - Lors d'un doute entre deux situations sans que l’une soit plus vraisemblable que l’autre : la preuve est le hadith de abou saïd El Khoudri radi allahu anhu où le Prophètesaws informe que celui qui doute dans sa prière et ne sait plus s'il a prié trois ou bien quatre rak'ats, doit effectuer deux prosternations avant la salutation.
Le Prophètesaws : " Si l’un de vous doute dans sa prière et ne sait s’il a prié trois ou quatre, qu’il se débarrasse du doute et se fonde sur ce dont il est sûr. Qu’il se prosterne ensuite deux fois avant la salutation. S’il a prié au total cinq cycles, ces deux prosternations complèteront sa prière, et s’il en a accompli quatre, les prosternations seront une humiliation pour Satan" (Rapporté par Mouslim).

Elles s'effectuent APRÈS la salutation finale dans deux cas de figure :

1. Lors d'un ajout : la preuve est le hadith de ‘abdoullah ibn Mas'oud radi allahu anhu lorsque le Prophètesaws a accompli la prière de Dohr en cinq rak'at. une fois la prière terminée, les compagnons lui ont fait la remarque. Alors le Prophète saws effectua deux prosternations, puis salua et n'a pas dit qu'il a effectué les prosternations après la salutation finale, simplement parce qu'il en a été informé après. Cela prouve la globalité du jugement et que lors d'un ajout, les prosternations de la distraction se font après la salutation, et ceci que la personne se rende compte de l'ajout avant ou après la salutation finale.

Exemple : celui qui, par oubli, salut avant l'accomplissement total de la prière, puis se rend compte de son erreur et termine sa prière. Il a ajouté une salutation dans sa prière et doit effectuer les prosternations de la distraction après la salutation finale.

La preuve : c’est le hadith d’abou Houreyra radi allahu anhu lorsque le Prophète saws salua, lors de la prière du ‘Asr, au bout de deux rak'ats. Puis, les compagnons lui ont fait la remarque. Alors le Prophète saws alors continua ce qui manquait de la prière et effectua les prosternations de la distraction APRÈS la salutation finale.

2. Lors d'un doute entre deux situations qui laisse prévaloir une situation par rapport à l'autre : la preuve est le Hadith de ‘Abdoullah ibn Mas'oud radi allahu anhu où le Prophètesaws ordonne à celui qui doute dans sa prière de s'efforcer de rechercher la vérité, de terminer sa prière, puis d'effectuer les prosternations de la distraction après la salutation finale. Si deux distractions surviennent pendant la prière et que l'une doit être corrigée par deux prosternations avant la salutation finale et l'autre par deux prosternations après, les savants disent que le prieur doit effectuer uniquement les deux prosternations avant la salutation, car elles prennent le dessus (sur les prosternations après la salutation).

Exemple : une personne qui effectue la prière de Dohr, se lève pour la troisième rak'at sans effectuer le premier tachahoud. Puis, elle s'assoit dans la troisième rak'at croyant que c'est la deuxième. Ensuite, elle se rend compte que c'est en fait la troisième. Elle doit alors se lever, terminer sa prière et effectuer les prosternations de la distraction avant la salutation finale. Cette personne a délaissé le premier tachahoud qui doit être corrigé par deux prosternations avant la salutation finale. Elle a aussi ajouté la position assise lors de la troisième rak'at qui doit être corrigée par deux prosternations APRÈS la salutation finale. Alors les deux prosternations AVANT la salutation finale l'emportent.

Par exemple, si une personne fait une prière de quatre Rak'at, lorsqu'elle en fait cinq Rak'at et ne s'en rend compte qu'au moment du Tachahoud. Elle doit alors terminer son Tachahoud, saluer ; puis APRÈS les salutations, elle doit faire les prosternations de la distraction et de nouveau saluer.

Si elle s'en rend compte durant la cinquième Rak'at, elle doit tout de suite s'asseoir pour réciter le Tachahoud, saluer ; puis APRÈS les salutations faire les deux prosternations de la distraction et saluer de nouveau.

La Diminution 

Le délaissement d'un pilier. 

- Si le prieur délaisse le Takbir de sacralisation, qui est un pilier important, sa prière est invalide et ceci que le délaissement soit involontaire ou non, car la prière n'a pas été entamée.

- Si le pilier délaissé volontairement est autre que le premier Takbir, la prière est également invalide.

- Si par oubli, le prieur délaisse un pilier de la première Rak'at et qu'au moment où il s'en rend compte, il a atteint CE MÊME PILIER DANS LA DEUXIÈME RAK'AT, alors la première Rak'at est annulée et la deuxième prend la place de la première.

- Si le prieur n'a pas atteint ce même pilier de la deuxième Rak'at au moment où il s'en rend compte, il doit alors revenir au pilier délaissé de la première Rak'at, l'accomplir et terminer sa prière. Dans les deux cas, il est obligatoire de faire les prosternations de la distraction APRÈS la salutation. 

Exemple : Une personne a oublié la deuxième prosternation de la première Rak'at et ne s'en rend compte qu'au moment où il est assis entre les deux prosternations de la deuxième Rak'at. À ce moment-là, la première Rak'at est annulée et la seconde prend sa place, c'est-à-dire que la deuxième Rak'at est considérée comme étant la première. La personne complète alors sa prière, effectue les prosternations de la distraction après la salutation finale puis salue de nouveau. 

Le délaissement d'une obligation.

- Si le prieur délaisse volontairement une obligation de la prière, sa prière est invalide.

- Si par oubli, il délaisse une obligation, par la suite, se rend compte de son oubli avant qu'il ne quitte la position de cette obligation, il doit alors l'accomplir et n'aura pas à effectuer les prosternations de la distraction. 

- S'il se rend compte de l'oubli APRÈS AVOIR QUITTÉ LA POSITION DE CETTE OBLIGATION, MAIS AVANT D'ATTEINDRE LE PILIER SUIVANT ; il doit alors revenir, accomplir cette obligation, terminer sa prière, puis effectuer les prosternations de la distraction APRÈS la salutation finale et de nouveau saluer. Car il aura AJOUTÉ des gestes dans sa prière.

- Par contre, s'il se rend compte de son oubli APRÈS AVOIR ATTEINT LE PILIER QUI SUIT L'OBLIGATION OMISE, alors celle-ci n'est plus à effectuer et le prieur ne doit plus revenir, mais continuer sa prière puis effectuer les prosternations de la distraction AVANT la salutation finale.

EXEMPLE : Dans la deuxième Rak'at, une personne se relève de la deuxième prosternation pour la troisième Rak'at en oubliant le premier Tachahoud. Puis, elle se rend compte de son oubli avant de se lever. Elle doit alors rester assise, accomplir le premier Tachahoud, terminer sa prière et n'aura pas à effectuer les prosternations de la distraction.

- Si elle se rend compte de son oubli en se relevant, mais avant d'être debout (Si les mains et les genoux sont déjà loin de la terre, il faut continuer sans revenir à la position assise), elle doit alors se rasseoir, effectuer le premier Tachahoud, terminer sa prière et accomplir les prosternations de la distraction APRÈS la salutation.

- Par contre, si elle se rend compte de son oubli après s'être relevée, elle n'aura pas à faire le premier Tachahoud. Elle doit terminer sa prière et effectuer les prosternations de la distraction AVANT la salutation finale.

LA PREUVE : Le Hadith rapporté par Boukhari et d'autres, selon ‘Abdoullah ibn Bahina radi allahu anhu qui rapporte que le Prophète saws en effectuant la prière de Dohr, se leva pour la troisième Rak'at sans avoir accompli le premier Tachahoud. Les gens se sont levés avec lui. À la fin de la prière, le Prophète saws, il fit le Takbir étant assis, effectua les prosternations de la distraction et salua.

Dans un Hadith d‘Abdoullah ibn Mas’oud radi allahu anhu, qui rapporte que : " Le Prophète saws a accompli la prière Dohr en cinq Rak'at. On lui dit alors : " Y a- t -il un ajout dans la prière ? Le Prophète saws répondit :" Non ! Pourquoi ? ". Les compagnons répliquèrent : " Tu as prié cinq Rak'at ". Alors, le Prophète saws fit deux prosternations". (Rapporté par Boukhari, Mouslim et d’autres)

Dans un Hadith d’Abou Houreyra radi allahu anhu, rapporte que : " Le Prophètesaws mena la prière de Dohr ou du ’Asr et a salué au bout de deux Rak'at. Les personnes pressées sortirent de la mosquée en disant : " La prière a été écourtée ". Puis, le Prophète saws se leva, se dirigea vers une grande pièce de bois, située dans la mosquée et s'appuya dessus comme s'il était en colère. Un homme se leva et dit : " Ô envoyé d'Allah, est-ce toi qui as oublié ou bien est-ce la prière qui a été diminuée ? ". Le Prophète saws dit : " Je n'ai pas oublié et la prière n'a pas été réduite ". L'homme dit alors : " Certes, tu as oublié, Ô envoyé d'Allah.". Le Prophète saws demanda alors à ses compagnons : " Dit-il la vérité ? ". Les compagnons radi allahu anhum répondirent : " Oui ". Le Prophète saws s'avança, termina le reste de la prière, puis salua, fit les prosternations de la distraction et salua de nouveau." (Rapporté par Boukhari et Mouslim).

Ibn Omar radi allahu anhu a rapporté que quand le Prophète saws entrait en prière, il levait ses mains et disait Allahou akbar et prononçait la même phrase quand il procédait à la génuflexion et quand il se remettait debout après les deux premiers rak’a (Rapporté par Boukhari et Abou Dawoud)

Si une erreur est commise dans la récitation de la Fatiha, cette sourate constitue un pilier important de la prière qui en conditionne la validité, il faut la corriger obligatoirement. Si l'erreur est commise dans la récitation de la deuxième sourate, il faut aussi la corriger, mais la non-correction de l'erreur au cours de la prière n'en entraîne pas la nullité. Il n'y a aucun inconvénient non plus à passer d'une sourate à une sourate, même s'il est préférable de compléter la sourate déjà entamée. De même, aucun inconvénient à répéter la même sourate après la Fatiha dans le cadre de la même rak'at ou de la même prière.

Si on a fait un ajout et un oubli : c'est l'oubli qui l'emporte, on fait la prosternation de la distraction AVANT (soujoûd al-qablî").

Exemple : on a oublié la sourate de la première rak'at et on a fait par oubli cinq rak'at au lieu de quatre, c'est-à-dire, on a ajouté - par oubli - à la fin, une Rak'at, on ne s’est pas assis après la quatrième rak'at, dans ce cas, après le " Tachahoud " final, on fait "le sujoûd al-qablî" c'est-à-dire AVANT les salutations, puis le salâm.

Ibn Taymiya a ajouté : Tous les cas que nous venons de mentionner ont été rapporté d’une façon sûre par les compagnons du Prophètesaws. Dans les cas où les prosternations du Sahwou ont été légiférées avant le Taslim, il est illicite de les faire autrement et dans les cas où elles ont été légiférées après le Taslim il est illicite de les faire différemment.

Si une femme prie tout en laissant découvertes les parties Awra de son corps, sa prière n'est pas valide. Tout le corps de la femme en prière est à couvrir, exception faite des mains et du visage.

Si une partie de la région à couvrir se découvre accidentellement, comme cela arrive quand un pan du vêtement se soulève involontairement et laisse apparaître un organe intime, le musulman en prière doit s'empresser à la couvrir dès qu'il en a conscience (homme ou femme). Sa prière n'en sera pas invalidée et partant il n'aura pas à la reprendre.

D'après Aboû Hourayra, ⁣radi allahu anhu, le Prophète saws a dit : " Des compagnons du Prophète saws vinrent trouver ce dernier et lui dirent : - "Nous avons des pensées dont nous n’osons pas parler." - "Avez-vous vraiment de telles pensées ?", demanda le Prophète saws. - "Oui.", répondirent-ils. - "C'est la marque manifeste de votre foi.", dit le Prophète saws. " (Rapporté par Mouslim)

Ce Hadith oriente son interprétation vers un fait très important qu'est la préoccupation d'iblis (Satan) qui désespère de vouloir détourner les croyants de leurs adorations, car ils ont une foi forte (hamdou Allah). Iblis n'a que faire des autres (mécréants), il ne va perdre temps en s'en occuper puisqu'ils sont acquit.

Le Prophète saws saisit un jour la main du compagnon Mou'ad et lui dit : " Ô Mou'ad, par Allah, je t'aime ! Je te recommande de ne jamais omettre de dire en fin de chaque prière : " Seigneur, aide-moi à me souvenir de Toi, à T'exprimer ma gratitude et à parfaire l'adoration que je Te voue." (Rappoté par Abou Dawoud).

La différence entre les prosternations de la distraction
qui ont lieu avant et après le salut

Les hadiths rapportés du Prophète saws à ce sujet indiquent les deux. Mais il est préférable que la prosternation de la distraction se fasse avant le salut, sauf dans deux cas :

Le premier cas : si on salue après avoir manqué un cycle ou plus, alors il est préférable que la prosternation se fasse après avoir (complété les cycles manquants) et terminé la prière, c’est-à-dire après le salut final, en prenant ainsi pour exemple le Prophètesaws. En effet, le Prophètesaws lorsqu’il salua après avoir oublié deux cycles – comme dans le hadith d’Abou Hourayra radi allahu anhu – et après avoir oublié un cycle – comme dans le hadith de 'Imrân Ibn Housayn radi allahu anhu – s’est prosterné à la fin de la prière, après les salutations.

Le second cas : si on doute dans sa prière au point de ne plus savoir si on a prié trois ou quatre cycles (dans une prière de quatre cycles), ou au point de ne plus savoir si on a prié deux ou trois cycles (pour le Maghreb), ou bien un ou deux cycles (pour le Fajr), et qu’on est quasiment convaincu d’une des deux possibilités – d’avoir manqué ou complété un cycle – alors on se base sur ce dont on est convaincu puis on se prosterne après les salutations. Ceci est préférable, comme l’indique le hadith d’Ibn Massoud évoqué plus haut.

1- Signifient après le premier tachahoud.

 

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

Le savoir parfait appartient à Allahazawajalb, et notre dernière invocation est qu'Allahazawajalb, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophètesaws, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

band deco

Qu'Allah me pardonne et me guide pour tout ce que j’aurais pu mal interpréter dans cette étude et ailleurs.
Qu’Il puisse nous guider vers une meilleure compréhension de Sa révélation afin que nous puissions nous
purifier et accroître notre savoir. incha' Allah

© Copyright 2024 - L'Islam.com - La religion Véridique
Louange à Allah pour nous avoir permis de créer ce site. Qu'Allah nous protège et tous ceux qui visitent ce site

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner
Unknown
Site
Accepter
Décliner