• • سُبْحَانَ اللَِه وَ بِحَمدِهِ عَـدَدَ خَلْقِهِ وَ رِضَا نَفْسِهِ وزِنَةَ عَرْشِهِ و مِدَادَ كَلِمَاتِه • • يُريِدُونَ لِيُطۡفِٔـُٔو نُورَ اؐللهِ نِأَفۡوَٰهِهِمۡ وَ اؐللهُ مُتِمُّ نُورِهِ ۧ وِلَوۡ كَرِهَ اؐلكـٰفِرُونَ

Rose

Khadidja bint Khuwaylid radi allahu anha1

Rose

Khadîdja bint Khuwaylid radi allahu anha1 appartenait à la grande tribu Mecquoise des Banu Assad, une branche des Quoraychs. Son oncle, Waraqa ibn Nawfal, était chrétien. C’était un vieil homme apprécié de tous, ayant une grande connaissance des religions et des prophètes passés.

Khadîdja radi allahu anha1 était veuve et déjà mère de deux enfants. L'union projetée parut une mésalliance à la famille de Khadîdja, à cause de la différence d'âge. En outre, Mohamed saws était un jeune orphelin désargenté, et Khadîdja radi allahu anha1, une riche veuve, chef d'entreprise.

Cette dernière a alors décidé de faire appel à celui qui deviendra notre Prophète saws, afin de conduire ses caravanes marchandes vers la Syrie. Il prenait grand soin d’aider son oncle Abou talib, afin de subvenir aux besoins de sa famille. La vie était alors très dure. Abou Talib conseilla à Mohamedsaws de traiter ses affaires convenablement avec cette riche commerçante.

Après quelques temps, Khadîdja radi allahu anha1 avoua à son amie et confidente Nafisa Bint Muniyyah, son Amour pour Mohamed saws. Elle avait remarqué une certaine sagesse encrée en lui, et lui accorda sa totale confiance. Khadîdja radi allahu anha1 décida alors de le demander en mariage. Il hésita dans un premier temps, du fait de ses moyens modestes, mais Nafaysa réussit à le convaincre. Les oncles de part et d’autre se réunirent alors, et la date du mariage entre Khadîdja radi allahu anha1et Mohamed saws fût fixée. Puis le couple s’en alla vivre chez Abou Talib. Le couple vécu heureux et donna naissance à six enfants : deux garçons, Qassim et Abdullah, et quatre filles, Zaynab Ruqiya oum Kalthoum et Fatima. Les garçons moururent en bas âge…

La Péninsule Arabique était plongée dans l'idolâtrie et la Mecque était le lieu où convergeaient toutes les tribus. Celles-ci venaient chaque année en pèlerinage et se rassemblaient autour de la Ka'ba. Cette Maison antique était devenue un centre païen depuis de longs siècles.

Mohamed saws fuyait cette adoration et aimait se réfugier annuellement dans la grotte de Hira. Là, il réfléchissait au mystère de l'univers, en observant son étendue à travers l'immensité du désert et la lumière du ciel étoilé. Il sentait qu'il y avait, derrière et au-dessus de ces espaces, une force invisible qui les organisait et les gérait. Il demeura ainsi jusqu'à l'âge de quarante ans. Entre temps, Khadîdja radi allahu anha1 encourageait l'isolement périodique de son époux et lui apportait tout son soutien.

Ce fut lors de la nuit du destin, que Mohamed saws, agé de 40 ans, avait reçu la Révélation. Dieu l'avait choisi pour être le dernier Messager.

Quinze années se sont écoulées après l’union de Khadîdja radi allahu anha1 et Mohamed saws. La vie du couple va alors se transformer. Le calme et la paix qu’ont connu Khadija radi allahu anha1 et Mohamed saws vont faire place aux souffrances qu’ils allaient devoir affronter à Mecqua… Khadîdja radi allahu anha1 s’était habituée à voir son mari, se rendre régulièrement à la grotte de Hira. Il aimait s’éloigner des gens pour s’isoler. Il s’abandonnait à la reflexion sur le monde. Puis, la première révélation d'Allah azawajalb à Mohammed saws se manifesta. D’abord dans la grotte, puis chez lui. Le Prophète Mohamed saws connaitra alors des périodes difficiles. Il se demanda s’il n’avait pas à faire aux démons qui venaient perturber son sommeil. Il alla même jusqu’à douter de ses facultés intellectuelles. Ce sera le début d’une longue patience et d’un soutien inébranlable de la part de Khadija radi allahu anha1 à notre Prophète saws. C’est elle qui sera présente lorsque Jibril (l’ange Gabriel) apparaitra à son mari. Le Prophète Mohamed saws lui faisait part de sa peur et n’hésitait pas à poser sa tête sur les genoux de son épouse, afin de se calmer. Khadîdja radi allahu anha1 entreprendra des démarches chez son oncle, Waraqa ibn Nawfal, afin d’essayer de comprendre la signification de ces manifestations surnaturelles. Très vite elle comprendra qu’il ne s’agissait pas d’œuvres sataniques.

Elle su alors apaiser les angoisses du Prophète saws et l’encouragera jusqu’au bout. Elle apportera réconfort à son mari, mais aussi une aide matérielle précieuse à la communauté, lorsqu’elle suivra le nouveau chemin dont Le Prophète Mohamed saws est le guide. Elle le poussera à mener sa tâche de Messager correctement.

Conformément aux instructions reçues d'Allah azawajalb, le Prophète saws commença sa prédication en appelant les membres de sa famille, voire même ses proches amis, à embrasser l'Islam. Il va de soi que cette adhésion devrait regrouper les hommes et les femmes sincères et honnêtes. L'appel a été entendu par une poignée de personnes dont l'ambition et l'orgueil n'obscurcissaient pas l'esprit.

Certes, Khadîdja radi allahu anha1 avait une totale confiance en son mari. Cependant, ce n’est pas seulement cette confiance qu’elle lui portait qui l’amena à embrassa la religion d'Allha azawajalb. La cause profonde de cette adhésion était sa conviction que la religion communiquée au Prophète saws était celle de la droiture et de la rectitude, celle qui suivrait en droite ligne la guidance spirituelle et morale d’Ibrahim alaihisalam.

La vie entre les deux conjoints oscillait entre le haut et le bas, mais plus souvent vers le bas, surtout le jour où les notables de Quraych avaient décidé de camper le Prophète saws et sa famille en un endroit et d’organiser un blocus qui dura six mois.

Quelques temps après, son oncle paternel Abu Talib Ibn ‘Abd al-Muttalib meurt. Celui-ci était son grand protecteur et son rempart contre l’autoritarisme des Quraych. A sa suite, ce sera Khadîdja radi allahu anha1, son épouse bien-aimée, qui quittera définitivement le monde terrestre, laissant son époux, provisoirement seul et sans compagne.

Elle mourut trois années avant l’Hégire. Khadîdja radi allahu anha1 restera à jamais dans la mémoire du Prophète saws, puisque même après sa mort, Aïcha radi allahu anha1, la seconde femme du Prophète saws, nous apprend qu’il continuait à partager ses biens avec les amis de Khadîdja radi allahu anha1.

L’amour qu’il portait à Khadîdja radi allahu anha1  rendait  Aïcha radi allahu anha1 jalouse. Elle lui dit un jour : "On dirait qu’il n’existe pas de femmes dans le monde en dehors de Khadîja".

En une autre occasion, à la suite de certains reproches que ‘Aïcha radi allahu anha1 ne manquait pas de lui faire chaque fois qu’il parlait de sa première épouse en termes élogieux, il lui dit :" Par Allah, elle a cru en moi quand les gens se montraient impies. Elle a tenu pour vrai ce que je disais au moment où les gens me traitaient de menteur. Elle m’a secouru avec ses biens quand les gens m’en privaient. Elle a été la femme qui m’a donné un garçon".

Depuis, ‘Aïcha radi allahu anha1 ne parla plus d’elle pour ne pas remuer la plaie de son époux.