۞ ۞ سُبْحَانَ اللَِه وَ بِحَمدِهِ عَـدَدَ خَلْقِهِ وَ رِضَا نَفْسِهِ وزِنَةَ عَرْشِهِ و مِدَادَ كَلِمَاتِه ۞ ۞ يُريِدُونَ لِيُطْفِــُٔواْ نُورَ اؐللهِ نِأَفۡوَٰهِهِمۡ وَ اؐللهُ مُتِمُّ نُورِهِ ۧ وَلَوۡ كَرِهَ اؐلْكَـٰفِرُونَ

 Les valeurs religieuses

Le message divin a toujours été le même : guider les hommes vers Allah, les rendre conscients de Son Existance et les amener à n’adorer que Lui et chaque Messager a été envoyé pour renforcer cette idée : "Adorez Allah; vous n’avez pas d’autre dieu que Lui."  Ce message qu'Allah a envoyé à chaque nation est l’islam. Chaque prophète ou messager qu'Allah à confier cette tâche n'a cessé de l'exclamé et de le répéter à leurs peuples.

C'est que les religions révélées avant l’islam ont été corrompues et altérées, qu'Allah a dû faire descendre une autre révélation, afin de garder l’humanité sur la bonne voie. C’est pourquoi nous avons reçu l'islam,  la dernière religion révélatée, qu’Allah azawajalb promet de préserver jusqu’à la fin des temps.

Allah azawajalb dit : "En vérité c'est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c'est Nous qui en sommes gardien" (Coran, 15/9)

Tous les messages divins ont été révélés pour que la vie des gens se transforme en soumission à Allah. Les Prophètes et Messagers radi allahu anhum avaient tous un méssage similaires d’une religion à l’autre, les même principes de base et même objectifs de la loi divine comme la préservation de la foi, de la vie, de la raison, des biens et de la famille, et la justice sur terre, de même pour certaines interdictions fondamentales, comme l’idolâtrie, la fornication, le meurtre, le vol et le faux témoignage. Toutes les religions valorises les qualités morales telles que l’honnêteté, la justice, la charité, la gentillesse, la vertu et la compassion.

En révélant à Mohammed saws Son dernier Message destiné à toute l’humanité, Allah azawajalb a finalement honoré l’alliance qu’il avait conclue avec Ibrahimalaihisalam. Allah azawajalba proclamé que de la descendance d''Ibrahim alaihisalam serait issue une grande nation parmi laquelle des Prophètes seraient élus comme ses deux fils Isaac et Ismaël, puit Yacoub (Jacob), Youssouf (Joseph), David, (Souleiman (Salomon), Moussa (Moïse) et, Issa (Jésus) alaihisalam. Enfin Mohammed saws comme dernier Messager d'Allah, descendant d’Ismaël, fils d’Ibrahim alaihisalam

Chaque fois qu’un peuple, parmi sa descendance, commençait à s’éloigner de la vérité et de l’obéissance à Ses commandements, Allah azawajalb lui envoyait un autre messager. Le dernier Messager, Mohammed saws a prêché le même message que les Prophètes et Messagers alaihisalam l’ayant précédé, c’est-à-dire le Message de l’islam. Il incombe à l’humanité tout entière de suivre ce même Message. Allah azawajalb a promis que ce Message demeurerait inchangé et qu’il resterait applicable en tout lieu et en tout temps, et personne ne peut changer ou retirer une vigule, a l'intard des livres antérieurement, C'EST UN LIVRE PROTEGÉ. (voir Coran, 15/9)

C'est à Médine que Le Prophète saws lança une véritable opération d'alphabétisation dès le début de l'Hégire qui avait eu beaucoup de succès. Les deux ordres de lecture révélés dans la grotte de Hira pour la première fois furent pour le Prophète saws instruit par Dieu l'étincele pour mettre en exécution et que son exemple d'analphabète ne soit pas suivi. Le Prophète saws lança des appels pour l'apprentissage de l'écriture et de la lecture. Celui qui lit le Coran en prononçant une lettre engrange une hassana (un bien) au Paradis indique le Hadith. C'est d'une pierre deux coups. On apprend l'écriture et la lecture à la fois, ce qui facilite la récitation et la compréhension.

Cela avait donné naissance à la formation des premiers noyaux de centres de formation, d'abord à la mosquée, puis à la maison. La recherche des enseignants était très recommandée y compris dans les rangs de l'ennemi et d'ailleurs.

Après le triomphe de bataille de Bagr, les prisonniers qui savait écrire et qui instruisait dix compagnons obtenait sa libération immédiatement après. Tout le monde se mettait à apprendre et à lire. Celui qui apprenait se faisait un devoir à son tour de communiquer son savoir à ses proches. En peu de temps, l'écriture s'était répandue à Médine qui devint un centre de rayonnement convoité par les poètes et les savants en damant le pion à la capitale de la poésie la Mecque. C'est l'autre victoire des croyants civilisés sur les païens demeurés fermés à la culture et au savoir dans leur globalité. Cela avait permis également de mieux se mesurer aux gens du livre présents dans la ville et les régions environnantes et qui étaient, eux, instruits et savaient écrire. Le Prophète saws lui-même qui fonda le premier Etat musulman avait besoin de l'écriture et de moyens de documentation dans ses messages et correspondances.

Sur ce lot heureux, il y eut la jeune et dynamique Hafsa radi allahu anha1, la fille de Omar qu'épousa le Prophète saws et qui vite se distingua par sa maîtrise de l'écriture.

Elle se spécialisa dans l'écriture du texte sacré et réussit petit à petit à en devenir la gardienne. Plus tard, elle deviendra une référence principale sous le règne de Abi Bakr et Othmane radi allahu anhum pour l'assemblage des versets du Coran et l'écriture du premier Coran. Les moyens utilisés étaient ceux de l'époque, soit du papier artisanal acheté ou fabriqué localement à base de tronc d'arbre et d'herbes, soit de la peau de moutons et de chameaux retravaillés et préparés.

Le travail effectué par Hafsa radi allahu anha1 était impressionnant. En plus qu'elle était instruite, elle était aussi d'une grande intelligence et d'une grande vision. Elle avait débuté le travail d'écriture du vivant de son mari qui le premier l'avait encouragé et ouvert les portes. Elle s'était mobilisé pour rattraper le retard en écrivant tous les versets et sourates révélés avant pour ensuite se mettre à jour en suivant les évènements en ne ratant aucune occasion pour assurer la documentation du Coran.

Elle gardait jalousement les écrits chez elle dans un lieu sur et protégé en devenant la première dame qui avait contribué à la sauvegarde du texte sacré par l'écriture. Le Coran était appris par cœur par les compagnons. Mais le risque de disparition et de mort, dans les batailles, était présent. Il deviendra inquiétant sous les califes qui ordonnèrent de rassembler le Coran.

Abou Bakr radi allahu anhum était le premier à effectuer ce travail déjà. Le calife Omar radi allahu anhum s'inquiéta lui aussi de ce problème en encourageant son apprentissage et son écriture. N'oubliant pas que c'est lui qui est derrière les prières surérogatoires (et-taraouih) en groupe pour permettre aux fidèles de prier et d'écouter ensemble le coran tout le mois de ramadan. Toutefois, l'on doit au calife Othmane radi allahu anhum la version unifiée de l'écriture du Coran en plusieurs exemplaires dont une était gardée à Médine et les autres envoyés dans les grands centres régionaux du califat. Othmane  radi allahu anhum s'était basé principalement sur le travail de Hafsa radi allahu anha1, qui était vérifié et certifié par les grands compagnons apprenant le cœur dont Abou Houraya qui était également une des sources principales du Hadith. Le Prophète saws avait prié pour certains compagnons afin d'assimiler le coran facilement dont Abi Houraya. Sa prophétie s'était réalisée. Allah azawajalb avait garanti le Coran de l'oubli et de la falsification contrairement aux Ecrits révélés précédents.

Le Coran à été transmis en même temps que le texte, l’explication des versets, du sens des mots, des circonstances de leur révélation, de leur analyse grammaticale et du commentaire des dispositions. Avec une telle protection, comment des mains pécheresses réussiraient-elles à y altérer une lettre, ou y ajouter un mot ou en supprimer un verset ? Si vous preniez un verset quelconque du Coran et le présentiez à des musulmans en Amérique, en Asie ou en africaine ou dans le désert arabe ou en n’importe quel autre endroit, vous découvrirez que les musulmans en question mémorisent le même verset.

Au fil des générations, des gens ont étudiés et enseigné le livre d’Allah azawajalb en l’apprenant par cœur, aucun d’entre eux n’a pu en changer une seule lettre. L’écriture du Coran constituait certes un des moyens de sa pérennisation matérielle, mais il était déjà conservé dans le cœur des musulmans.

La pratique en Islam implique un investissement quotidien. L’acte quotidien le plus représentatif de cette philosophie est la salât, la prière rituelle obligatoire. En effet, cinq fois par jour, le musulman doit prier Allah azawajalb suivant un calendrier de prière précis, fondé sur la course du Soleil. Ces prières sont codifiées tant dans les mots que dans les gestes, et doivent toujours être précédées d’une purification du corps tant pratique que symbolique, le musulman purifie son âme et la prépare à la prière. Le woudhou (ablutions) pour sa forme simple, et ghosl (lavage, bain). La première est à effectuer avant chaque prière, la seconde est à effectuer tout les vendredi, à l’occasion des fêtes religieuses, ou en toute occasion pour les femmes ayant eu leurs menstrues, ou encore ayant eu un rapport sexuel. En l’absence d’eau, ou en cas d’impossibilité d’ordre médicale, le musulman peut avoir recours aux ablutions sèches, qui s’effectuent avec du sable, ou de la terre pure.  

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

band deco


Que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Ton serviteur et Messager, notre Prophète Mohammed saws, qu’Allah azawajalb soit satisfait de ses successeurs (califes) bien dirigés, les imams bien guidés : Abou Bakr, 'Omar, 'Outhman et Ali radi allahu anhum et tous les autres compagnons radi allahu anhum et ceux qui les ont succédés et ceux qui ont succédé à ceux-là sur le même chemin jusqu’au jour de la résurrection.

Je demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.