• • سُبْحَانَ اللَِه وَ بِحَمدِهِ عَـدَدَ خَلْقِهِ وَ رِضَا نَفْسِهِ وزِنَةَ عَرْشِهِ و مِدَادَ كَلِمَاتِه • • يُريِدُونَ لِيُطۡفِٔـُٔو نُورَ اؐللهِ نِأَفۡوَٰهِهِمۡ وَ اؐللهُ مُتِمُّ نُورِهِ ۧ وِلَوۡ كَرِهَ اؐلكـٰفِرُونَ

decorarabesqueD2decorarabesqueG2

Le Compagnon 'Ali ibn Abî Tâlib radi allahu anhu


Aboū al-H̩asan ʿAlī ibn Abī T̩ālibradi allahu anhu (v. 600 - 661) (en arabe : أبو الحسن علي بن أبي طالب), souvent désigné simplement par son prénom  ʿAlī radi allahu anhu, est le fils d'Aboû Tâlib, oncle du Prophète saws, qui l’a élevé et protégé comme son propre fils après la mort de son grand-père ‘Abd al-Mottalib. Ali est né vers 600, à La Mecque. Il a été à la fois le protégé, le cousin, le disciple et le gendre du Prophète saws en épousant sa fille Fâtima, née de sa première épouse Khadija en 622.

Après l'assassinat de Uthmân en dhu-l-hijja de l'an 35, la situation est très délicate à Médine. De nombreux insurgés sont dans la ville et y exercent une forte présence.

On vient proposer à Alî de devenir calife, mais il refuse, chagriné par le fait que Uthmân ait été tué (FB 13/69). Sur l'insistance de certaines personnes, qui lui disent que la situation nécessite que quelqu'un prenne les choses en main, il finit par accepter.

Un nombre conséquent de Compagnons radi allahu anhum ne font pas allégeance à Alî radi allahu anhu, préférant attendre : ils ne comprennent pas si c'est Alî radi allahu anhu qui dirige réellement les affaires ou s'il n'est qu'un outil entre les mains des insurgés qui évoluent dans son entourage. La discorde (fitna) va naître de la divergence quant à l'attitude à adopter face aux meurtriers de Outhmân radi allahu anhu. C'est un droit des parents de la victime que de réclamer aux autorités que les meurtriers de leur parent soient jugés et exécutés. Malheureusement Alî radi allahu anhu n'a pour le moment pas les moyens de juger les insurgés et de leur appliquer le talion. En effet, il sent bien qu'appliquer le talion en pareilles circonstances risque de provoquer un embrasement généralisé ; il pense donc laisser les choses se calmer et juger plus tard les meurtriers.

C'est cette absence d'application du talion qui va être mal interprétée par d'illustres personnages : Aïcha radi allahu anha, Tal'ha, az-Zoubayr, Mou'âwiya et 'Amr ibn ul-'As radi allahu anhum, lesquels vont d'autant plus se méprendre sur les intentions de Alî radi allahu anhu que, les insurgés lui ont massivement fait allégeance, le soutiennent et évoluent dans son entourage.

En 656, Ali radi allahu anhu accéda au pouvoir, mais se heurta à des revendications pour appliquer la loi du Talion aux assassins de Outhmân radi allahu anhu. Parmi eux, Aïcha radi allahu anha1 la veuve de Mahomet saws, alliée quelques un des ces compagnons, dont Talha et Al-Zoubayrradi allahu anhum. Ils envoient un message à Mou`awîya pour l'avertir qu'ils se disposaient à marcher contre `Alî radi allahu anhu qui campe aux environs avec une armée de sympatisant, qu'il vainquit près de Basra à la bataille dite "du Chameau".

Lors de la bataille de Siffin (Syrie, 657), il doit affronter le gouverneur de Damas, le fils d'Abou Soufyan radi allahu anhu, Mou‘âwîya membre de la famille de ‘Outhman radi allahu anhu. Alors qu'il avait l'avantage, il accepte l'idée d'un arbitrage, mais celui-ci tourne en sa défaveur. Ali radi allahu anhu conserve néanmoins un certain pouvoir et se replie dans la ville de Koufa dont il avait fait sa capitale. 

'Amr ibn ul-'As radi allahu anhu recommande alors à Mou'âwiya d'appeler à un arbitrage sur la base du Coran pour mettre fin au différend qui existe entre eux. Alî, confiant dans le fait qu'il est dans son droit. Il est prévu que, dans le but que le sang cesse de couler, deux hommes soient désignés comme arbitres, l'un du groupe de Alî radi allahu anhu et l'autre de celui de Mou'âwiya radi allahu anhu, et que leur décision fasse autorité. Alors, Mou'âwiyaradi allahu anhu présente 'Amr ibn ul-'As. Alî radi allahu anhuest pour sa part représenté par Aboû Moûssa al-Ash'arî. Les deux arbitres pensent nommer un nouveau calife afin que la Communauté musulmane puisse aborder un nouveau tournant. Aboû Moûssa al-Ash'arî propose Abdullâh ibn Omar radi allahu anhum, 'Amr ibn ul-'As n'accepte pas sa proposition et propose Mu'âwiya fils de Aboû Sufyân radi allahu anhu. L'arbitrage ne donne pas de résultats concrets. 

La bataille entre Alî radi allahu anhu et Mu'âwiya était celle dont le Prophète saws avait parlé en disant : "Viendra une fitna ; celui qui sera alors assis agira mieux que celui qui sera debout ; celui qui sera debout agira mieux que celui qui marchera ; celui qui marchera agira mieux que celui qui courra" (Tirmidhî 2194, etc.).

Ibn Taymiyya écrit que, Alî saws excepté, les plus grands des Compagnons alors encore vivants furent de cet avis : il ne fallait combattre ni dans un camp ni dans l'autre. Ibn Taymiyya cite le nom de Sa'd ibn Abî Waqqâs saws, le Compagnon alors vivant qui, juste après 'Alî saws, avait le plus de valeur. 

Parmi ses fidèles, certains reprochèrent à 'Ali ibn Abî Tâlib radi allahu anhu d'avoir accepté de se soumettre à un arbitrage humain et quittèrent ses rangs : on les appellera les kharidjites. Plus tard, ils entrèrent ouvertement en rébellion contre Alî radi allahu anhu qui les vainquit à la bataille de Nahrawân (Irak, 658). Décidés à venger leurs morts, les kharijites firent assassiner Ali radi allahu anhu alors qu'il se prosternait pendant la prière de Al-Fajr par Abd-al-Rahman ibn Muljam.

Ali radi allahu anhu reste cependant un personnage emblématique dans l'histoire musulmane, empreint d'un charisme incontestable. Ali radi allahu anhu est également considéré comme le maître de la rhétorique arabe. Il est l'auteur de nombreuses citations, sermons et réflexions qui ont été recueillis dans divers livres.

Source : Maison-islam.com

band deco

Que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Ton serviteur et Messager, notre Prophète Mohammed saws, qu’Allah azawajalb soit satisfait de ses successeurs (califes) bien dirigés, les imams bien guidés : Abou Bakr, 'Omar, 'Outhman et Ali radi allahu anhum et tous les autres compagnons radi allahu anhum et ceux qui les ont succédés et ceux qui ont succédé à ceux-là sur le même chemin jusqu’au jour de la résurrection.

Je demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.