L'iniquité, la rébellion sans justification religieux

L’islam véhicule d'idée d'écoute et obéissance à ceux qui détiennent l’autorité, fut-ce un esclave abyssin. Le Prophète saws expliqua clairement ce principe sur les divers plans de la législation. Par la suite, ce principe devint étrange pour la plupart des pseudo savants, que dire de la mise en application de ce principe. 

Ibn ‘Oumar rapporte que le Messager d’Allah saws a dit : "Celui qui rompt son acte d’allégeance rencontrera Allah, le jour de la Résurrection, sans avoir une excuse, et celui qui meurt sans avoir prêté acte d’allégeance, meurt comme au temps de la Djâhiliyyah." (Rapporté par Mouslim)

D'après Ibn 'Abbâs radi allahu anhu, le Prophète saws a dit : "Que celui qui voit son émir faire quelque chose de répréhensible prenne patience, car quiconque se séparera de la Communauté de la distance d'un empan mourra de la mort des idolâtres antéislamiques". (Rapporté par Mouslim)

Le messager d'Allah saws a dit : "Il y aura après moi des dirigeants dont vous allez approuvez et condamnez les œuvres. Celui qui approuve du bien est innocent. Celui qui condamne le mal est sauf. Mais malheur à celui qui est satisfait et suit dans le mal." Ils dirent : "Ô messager d’Allah, ne devons-nous pas les combattre ?" Il dit : "NON. Tant qu’ils font la Salat !" (Rapporté par Mouslim)

D'après Abou Houraira radi allahu anhu, que le Prophète saws a dit : "Celui qui m'obéit obéit à Allah et celui qui me désobéit à désobéit à Allah. Celui qui obéit à son dirigeant m'a obéit et celui qui désobéit à son dirigeant m'a désobéit." (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

D'après Ibnou `Omar que le Prophète saws a dit : "Le musulman doit écouter et obéir dans ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas. Sauf si on lui commande de faire un péché, car si on lui commande de faire un péché, il n'y ni écoute ni obéissance. (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

D'après Houdhaifah Ibnoul-Yamaan que le messager d'Allahsaws a dit : " Il y aura après moi des dirigeants qui ne suivrons pas ma guidance et qui n'appliqueront pas ma Sounnah, et il y aura parmi vous des hommes; leur cœurs sont des cœurs de diables dans des corps humains." il dit : Que devons-nous faire, Ô messager d'Allah, si cela arrive ? Il  dit : "Écoute et Obéis, même si on frappe ton dos et qu'on prend tes biens, écoute et obéis !(Rapporté par Mouslim)

Le compagnon ‘Oubada Ibnous-Saamit radi allahu anhu dit : "Le prophète saws nous a appelé et nous lui avons donné l’allégeance. Parmi les choses au sujet desquelles nous avons pris l’allégeance, il y a les suivantes : nous avons fait serment d’écouter et d’obéir, dans ce que nous aimons et dans ce que nous n’aimons pas, dans la difficulté et dans la facilité, et même si ceux qui nous prennent des privilèges sur nous dans la Dounya et de ne pas disputer le commandement à celui qui le détient, sauf si on voit un Koufr clair, au sujet duquel vous avez une preuve évidente venant d’Allah".

La position de tous les Oulama (savant) est que il faudra toujours rester patient et endurant face à l'injustice et d’interdire la rébellion et les révolutions contre le pouvoir à cause du faite que la fitna est plusieurs fois plus graves que l’injustice de ces dirigeants.


L’Imam Boukhari énumère quelques-uns des fondements de la Sounna :

Nous ne disputons pas le commandement à ceux qui le détiennent, à cause de la parole du Prophète saws : 

"Trois choses n’irritent pas le cœur d’un musulman :

• La pureté de l’intention dans l’action qu’on fait pour Allah. 

• L’obéissance du dirigeant.

• Et de rester avec la Jamaa’ah (le groupe) des musulmans, car leurs invocations enveloppe ceux qui sont derrière eux." 

Puis il confirma cela par la parole d’Allah azawajalb : "Ô les croyants! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement. ..." (Coran 4/59).

Et qu’il n’est pas d’accord avec l’idée de prendre les armes contre la Oumma de Mohammad saws.

Ibn Taymiyya a dit : " Ce qui est connu dans la voie des gens de la sunna est qu’ils n’autorisent pas la révolte et le combat contre les dirigeants, même s’ils commettent des injustices, comme le montrent les ahâdîth authentiques répandus du Prophète. Car le désordre qui découle du combat et du trouble est plus grave que celui qui provient de l’injustice du gouverneur qui n’entraîne ni tuerie ni trouble. Ainsi il convient de repousser le plus grand des deux torts en faisant le moins grave des deux. D’ailleurs, on ne connaît pratiquement aucun groupe qui se soit rebellé contre une autorité sans que les conséquences de sa révolte soient plus graves que le désordre qu’elle a fait disparaître. (Minhâdj sunna (3/391)

Dans une  Fatwa de l’éminent savant ‘Abd Al-‘Aziz Ibn Baz il dit : "Le bon comportement est parmi les meilleurs moyens pour que la vérité soit acceptée et le mauvais comportement est parmi les voies les plus dramatiques qui conduisent au refus de la vérité, au désordre, à l’injustice, à l’inimitié et aux bagarres. De même, ce que font certaines personnes comme manifestations qui amènent un grand mal pour la da’wa. Les marches dans les rues et les slogans ne sont pas une voie pour réformer la situation et la da’wa. La voie authentique passe par les visites (aux responsables), les correspondances écrites, et ceci de la meilleure manière. Il faut conseiller le président, l’émir, le chef de la tribu de cette manière, sans brutalité ni manifestation. Le prophète est resté 13 ans à la Mecque, et il n’a pas fait de manifestation, ni de marche et n’a pas menacé les gens de piller leurs biens ou de les tuer. Et il n’y a aucun doute que ceci est la cause d’un grand mal pour la prêche et les prêcheurs, et empêche la da’wa de se propager, ce qui conduit les présidents et les leaders à empêcher et interdire (ces manifestations) par tous les moyens. Et ceux qui manifestent veulent le bien, mais cela conduit au contraire. Le fait que le prêcheur emprunte la voie des prophètes et de ceux qui les ont suivis, même si cela prend du temps est meilleur qu’un acte qui nuit et gêne la da’wa et peut même la détruire. Et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah.

Allah azawajalb dit : "Et ainsi accordons-Nous, à certains injustes l'autorité sur d'autres, (injustes) à cause de ce qu'ils ont acquis." (Coran 6/129).

Allah azawajalb dit : "Certes, Allah commande l'équité, la bienfaisance et l'assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l'acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez. Soyez fidèles au pacte d'Allah après l'avoir contracté et ne violez pas vos serments après les avoir solennellement prêtés et avoir pris Allah comme garant (de votre bonne foi). Vraiment Allah sait ce que vous faites ! " (Coran 16/90-91)

Wa Allâhou A’lam
Allahazawajalbest le plus savant


Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.